Impact du chronotype sur les niveaux de mélatonine chez les travaillés postés
the impact of chronotype on melatonin levels among shift workers

P. Bhatti, D. Mirick, S. Davis Occupational and Environmental Medicine, 2014, vol 71, n°3, pages 195-200. Bibliographie.

L’association, entre travail posté et cancer, liée aux effets des niveaux de mélatonine circulante, pourrait être fonction du chronotype (typologies plutôt du matin ou plutôt du soir). Peu d’études se sont intéressées à l’impact potentiel du chronotype sur les effets carcinogènes du travail posté.

Les auteurs américains ont analysé les niveaux de mélatonine selon le chronotype des professionnels de santé qui travaillent exclusivement en équipe de nuit ou de jour.

Une étude transversale, incluant 664 hommes et femmes (310 en travail de jour et 354 en travail de nuit), a été menée. Le recueil d’échantillons urinaires avec mesure de 6-sulfatoxymelatonin (6 SM) a eu lieu pendant le poste de travail de jour ou de nuit et pendant les périodes de sommeil.

Les participants ont complété un questionnaire à propos de leur chronotype (plutôt du matin, plutôt du soir). Chez les travailleurs de nuit avec chronotype du matin et du soir, les niveaux de 6 SM étaient plus faibles pendant le sommeil de jour ou de nuit et le travail de nuit comparés à ceux travaillant de jour avec périodes de sommeil de nuit.

Le travail de nuit, chez ceux ayant un profil du matin, a montré des niveaux de 6 SM plus proches des niveaux de ceux en travail de jour, par rapport à ceux travaillant de nuit avec un profil du soir. Les différences de taux de 6 SM entre les travailleurs de nuit avec profil de matin et profil de soir par rapport aux travailleurs de jour étaient statistiquement significatifs (p < 0,05).

Ces résultats suggèrent que le profil de matin chez ceux travaillant de nuit pourrait être un facteur de préservation du rythme circadien normal de la production de mélatonine comparé à ceux ayant un profil du soir. L’impact de l’effet du chronotype sur le risque de cancer par les travailleurs postés requiert des études complémentaires.

(publié le 14 avril 2014)