Association entre travail posté et risque de cancer colorectal chez les femmes : une étude cas-témoins en population générale
Association between shiftwork and the risk of colorectal cancer in females : a population-based case-control study

W M Walasa, R N Carey, S. Si, L. Fritschi, J S Heyworth, R C. Fernandez, T. Boyle Occupational and Environmental Medicine, 2018, vol 75, n°5, pp. 344-355. Bibliographie.

Le travail posté peut être associé à des risques accrus d’effets néfastes sur la santé y compris pour certains cancers. Cependant, la preuve d’une association entre travail posté et risque de cancer colorectal est limitée et peu concluante. De plus, bien que plusieurs hypothèses possibles aient suggéré que le travail posté pourrait entraîner un cancer, peu d’études ont pris ces facteurs en compte.

Cette étude australienne a étudié l’association entre deux types de travail posté (travail de nuit et travail tôt le matin) et six variables "mécanistiques" du travail posté (incluant la lumière, la nuit et le décalage de phase) et le risque de cancer colorectal chez les femmes, dans une étude cas-témoins en population australienne.

Le travail en équipe de nuit était le sujet d’intérêt principal. Les participants (350 cas et 410 témoins) ont complété un questionnaire sur leur histoire professionnelle et l’exposition à chacune des huit variables du travail posté au moyen d’une matrice emploi-exposition. Une régression logistique a été utilisée pour calculer les odds-ratios (OR) et leurs intervalles de confiance (IC) à 95 % afin d’évaluer l’association entre les différentes variables de travail posté et le risque de cancer colorectal, en ajustant sur des variables démographiques, le mode de vie et des facteurs médicaux.

Travailler dans une profession impliquant une exposition à long terme (> 7,5 ans) au travail posté en équipe de nuit n’était pas associé au risque de cancer colorectal (OR ajusté = 0,95 ; IC 95 % de 0,57 à 1,58). De même, aucun risque accru de ce cancer n’a été observé pour aucune des sept autres variables du travail posté.

Aucune preuve d’un risque accru de cancer colorectal, chez les femmes ayant travaillé dans des professions impliquant un travail posté, n’a été observée dans cette étude.

(publié le 26 novembre 2018)