La détente au travail au service de la productivité ?

Protection Individuelle et Collective, PIC, 2017, n°102, pp.48-50
Pour ou contre la détente au travail ?
Partant du principe qu’il est difficile de rester concentré plusieurs heures d’affilée, que les modes de travail ont changé, tout ce qui favorise la gestion du stress, la récupération serait favorable à l’ambiance générale dans l’entreprise. Sieste, sport, lecture, pronostics en ligne, jeux vidéo, culture maraîchère.. permettraient de " se vider la tête " et d’avoir ensuite un travail plus productif.
Des expériences de ce type ont été menées dans des entreprises où les employés sont plutôt jeunes (moyenne d’âge entre 23 et 40 ans). L’ambiance semble plus détendue, les salariés plus impliqués et moyennant des principes indispensables de transparence et de confiance, l’autorégulation se passe bien, sans abus, ni dérives.
Une autre possibilité consiste à souder les équipes en proposant aux salariés de les faire participer à des projets ludiques, ce qui leur permet d’échanger, de mieux se connaître et d’être ensuite plus réactif aux demandes de l’autre.
D’autres dirigeants d’entreprises craignent dans cette attitude, une perte de productivité et privilégient plus la qualité du vie au travail via l’agencement des locaux ou du mobilier et proposent des événements ponctuels de détente (soirées festives, séjours à la montagne, etc).
L’objectif est la fidélisation des salariés, la réduction du turnover et de l’absentéisme au travail.
(publié le 28 avril 2017)