La pause dejeuner est-elle source d’énergie ou de fatigue ?

D. Monneuse Entreprise et Carrières, 2020, n°1470, p. 29

Des chercheurs canadiens ont mené une enquête auprès de 103 salariés d’une université nord-américaine, à qui il a été demandé de remplir un questionnaire pendant dix jours à la fin de leur pause déjeuner ; parallèlement, leurs collègues devaient évaluer leur état de forme l’après-midi.

Ils en concluent que ceux qui s’étaient relaxés à midi ou avaient rencontré des gens pendant leur pause déjeuner étaient moins fatigués. Ceux qui avaient travaillé l’étaient plus, sauf s’ils avaient choisi de le faire (pour finir plus tôt le soir, par exemple).
Ce qui compte semble-t-il, est l’autonomie dont disposent les salariés, sur la manière d’utiliser leur pause déjeuner. Ils étaient alors moins fatigués, quoiqu’ils aient choisi de faire : des courses, du sport, déjeuner ou rencontrer des collègues choisis.
Il paraît non productif d’imposer des réunions de travail autour d’un plateau-repas, ou de faire un pot à midi ou un repas festif avec des gens imposés et devant lesquels il est néanmoins important de faire bonne figure.

(publié le 31 mars 2020)