Technologies de l’information et de la communication et bureau, un couple indissociable ?

V. Govaere, J. Leïchlé Hygiène et Sécurité au Travail, 2017, n°218, pp.36-40. Bibliographie
Les nouvelles technologies de l’information et de la communication ont beaucoup influencé l’évolution des espaces et des organisations de travail. Les équipes sont plus dispersées, les salariés plus flexibles et plus autonomes ; le contenu du travail change et les frontières traditionnelles (couple homme-machine, les équipes, l’entreprise) sont abolies, tandis que tout le monde vit dans l’immédiateté.
Tout cela n’est pas sans conséquence et sont identifiés cinq facteurs de détérioration des situations de travail, à savoir une intensification du travail, une surcharge informationnelle, un affaiblissement des relations interpersonnelles et des collectifs de travail, une porosité vie personnelle/vie professionnelle et un renforcement du contrôle de l’activité.
Il s’ensuit un stress potentiel avec le risque "de maladies coronariennes et d’accidents vasculaires cérébraux, de dépression et d’anxiété, de troubles musculosquelettiques, de maladies immuno-allergiques et d’affaiblissement de la résistance aux infections".
Des pistes d’amélioration sont proposées dont le droit à la déconnexion, des guides de bonnes pratiques, des outils techniques facilitant certaines tâches répétitives, des formations aux nouveaux outils ; mais persistent néanmoins des phénomènes d’interruption de tâches ou de surcharge cognitives toujours aussi délétères.
Mais toutes ces technologies évoluent et l’on peut se demander quel sera l’effet de tous ces objets connectés, de tous ces algorithmes de plus en plus sophistiqués et de machines qui transforment la nature du travail et le rapport de l’homme avec son environnement immédiat.
A l’employeur, malgré tout d’adapter le travail à l’homme. La prévention a encore de beaux jours devant elle.
(publié le 16 novembre 2017)