La santé physique et mentale des dirigeants est-elle préoccupante ?

Prévent Focus, 2012,décembre, pp. 12-15. Bibliographie

Une enquête par questionnaire adressé à 7 156 dirigeants de PME et TPE belges a permis de recueillir 1289 réponses. L’objectif était de comprendre la problématique du burn out qui touche bon nombre d’entre eux qui en arrivent à abandonner leur activité.
Les secteurs représentés étaient essentiellement ceux de la construction et du commerce. 84,6% de l’échantillon concernait les TPE (de 0 à 9 travailleurs) .
Il est apparu que les femmes et les moins de 35 ans avaient moins souvent répondu ; cela suggérerait - il que le taux de participation a été influencé par la situation de santé réelle des dirigeants ?
Les résultats sont relativement inquiétants :

  • Un répondant sur cinq présenterait des signes précurseurs d’épuisement professionnel (résultats au questionnaire OLBI Oldengurg Burnout Inventory, qui prend en considération l’épuisement émotionnel et le désengagement) ;
  • l’état de santé est sensiblement plus défavorable que celui d’un échantillon représentatif de la population générale belge (les dirigeants se plaignent d’une fatigue générale (74,7% contre 34% dans la population générale), de douleurs musculaires (74% contre 40%), de maux de dos (67,6% contre 44%), de troubles du sommeil (58,2% contre 20%) ;
  • le surpoids est important et augmente de manière significative si les nuits sont courtes et si le dirigeant ne pratique pas d’activé physique régulière ,
  • 24% se déclarent fumeurs, 11% affirment consommer plus de 21 verres d’alcool par semaine

Trois facteurs influencent la santé physique et mentale : le manque de sommeil (nuits de moins de 6 h) qui touche 22% des répondants, l’absence d’activité physique qui concerne 60% d’entre eux et le nombre d’heures de travail trop élevé (36% des répondants travaillent plus de 60h/semaine et 42% plus de 10h par jour).

Les facteurs de stress sont à leurs yeux : la charge de travail (46%), les charges administratives (43%), les problèmes de trésorerie et d’impayés (36%), la gestion du personnel (34%).
A contrario, certains facteurs seraient protecteurs du burn out : l’esprit d’innovation et de créativité, la liberté associée au métier, mais surtout la passion du travail.

Il convient donc de s’intéresser aux dirigeants des TPE et PME surtout dans les secteurs difficiles et de mener à leur intention des actions d’information et de promotion de la santé sur les signes précurseurs de l’épuisement professionnel et d’autres troubles de santé tout en soutenant leur motivation à entreprendre.

(publié le 18 février 2013)