Toxicité professionnelle des anticorps monoclonaux

A. Gorvel, M. Falcy Références en Santé au Travail, 2013, n°134, pp.29-38. Bibliographie
A ce jour de très nombreux types d’anticorps monoclonaux (Acm) sont sur le marché, dans des domaines d’application variés (domaine de la santé et de la recherche) et de nombreux travailleurs sont concernés dans les secteurs de production, de soins et de diagnostic.
Pourtant il existe peu de données sur les éventuels effets délétères des Acm liés à une exposition professionnelle et par manque d’information, des mesures de prévention sont parfois mises en place à l’exemple de celles appliquées pour les produits cytotoxiques dans les services de cancérologie.
L’utilisation des Acm en thérapeutique engendre chez les patients, nombre d’effets toxiques non spécifiques (hyperthermie, céphalées, troubles digestifs, infections, atteintes hématologiques, syndrome de libération des cytokines, cancers).
Pour les travailleurs manipulant les Acm, l’exposition cutanée pourrait être courante (effets locaux irritants et sensibilisants des Acm, passage systémique en cas d’exposition accidentelle ou chronique).
L’exposition respiratoire n’est pas à l’ordre du jour actuellement car aucun Acm n’est administrable par voie respiratoire mais des protocoles sont à l’étude pour une utilisation sous forme d’aérosol.
La voie digestive est négligeable, les Acm ingérés étant dénaturés par la digestion enzymatique.
Actuellement, l’évaluation des risques liés à l’utilisation professionnelle des Acm ne peut être effectuée. Pourtant, plusieurs Acm ont une activité mutagène ou cancérogène ou sont toxiques pour la reproduction et tous sont immunogènes. Les Acm humains sont les moins sensibilisants. Les Acm peuvent être vecteurs de molécules cytotoxiques et/ou radioactives.
Les médecins qui ont en charge des salariés concernés peuvent s’aider de l’indice de contact cytologique (ICC) pour évaluer de façon qualitative les expositions.
La prévention passe par l’information des salariés sur les risques, la limitation de l’ exposition aux Acm, le respect de mesures de sécurité pertinentes.
Femmes enceintes et mères allaitantes doivent particulièrement respecter les restrictions et les interdictions.
(publié le 30 septembre 2013)