Enquête de santé chez les employés utilisant régulièrement des imprimantes 3D
Health survey of employees regularly using 3D printers

F.L. Chan, R. House, I. Kudla, C. Lipszyc, N. Rajaram, S.M. Tarlo Occupational Medicine 2018, vol 68, n°3, pp. 211-214. Bibliographie.

Les imprimantes 3D émettent des particules ultrafines et potentiellement dangereuses ainsi que des composés organiques volatils. Les travailleurs utilisant des technologies d’impression 3D peuvent être exposés à des risques de maladies respiratoires d’origine professionnelle. L’objectif de cette étude canadienne est d’évaluer si l’impression 3D est associée à des effets sur la santé chez les utilisateurs professionnels.

Les auteurs ont réalisé une enquête préliminaire. Des travailleurs de 17 entreprises, de la région du grand Toronto au Canada, utilisant l’impression 3D dans des entreprises commerciales de prototypage, des établissements d’enseignement et des bibliothèques publiques, ont été invités à remplir des questionnaires démographiques, professionnels et de santé. Les associations entre les variables auto-déclarées d’antécédents de santé et les caractéristiques professionnelles ont été étudiées par des tests de Chi2 et des tests exacts de Fisher.

Parmi les 46 travailleurs interrogés, 27 (59%) ont déclaré avoir des symptômes respiratoires au moins 1 fois par semaine dans l’année précédente. Travailler plus de 40 h par semaine avec des imprimantes 3D était significativement associé au diagnostic de maladie respiratoire (asthme ou rhinite allergique ; p< 0,08). Les auteurs ont observé une grande variation dans les pratiques d’hygiène au travail dans ces 17 entreprises. Les résultats font état de symptômes respiratoires fréquemment signalés et suggèrent la nécessité d’études supplémentaires pour les travailleurs exposés dans ce domaine.

(publié le 4 février 2019)