Accidents du travail
Quelles particularités chez les seniors ?

C. Tissot, J-C. Bastide Hygiène et sécurité du travail, 2012, n°229, pp.15-24. Bibliographie
Si le vieillissement au travail fait souvent référence au déclin des capacités fonctionnelles, il est aussi synonyme de construction d’une expérience professionnelle ; et il est noté une attitude plus responsable des seniors vis-à-vis de la santé et de la sécurité que les jeunes.
Les statistiques 2010 de la CNAMTS montrent que le nombre d’accidents diminue avec l’âge (il est 4 fois plus faible chez les plus de 60 ans que chez les moins de 20 ans) mais que la gravité augmente chez les plus de 45 ans, en termes d’incapacité permanente ou de décès (72% de leurs accidents sont mortels contre 56% pour les moins de 45 ans, en lien avec des malaises, des accidents classés en divers ou des accidents liés au risque routier).
Trois types d’accidents sont plus particuliers aux seniors (plus de 50 ans) : les accidents de plain-pied, les chutes de hauteur et les malaises.
Les accidents de plain-pied sont généralement peu mortels mais à l’origine d’un grand nombre de jours d’arrêt.
Les chutes de hauteur relèvent souvent de facteurs individuels comme les pertes d’équilibre, la prise de risque ou un problème de récupération.
Les malaises concernent plus souvent les hommes ; les activités les plus associées à la survenue d’un malaise sont la conduite d’un véhicule, une pause, une opération de manutention ou de livraison, un déplacement à pied, une surcharge de travail ou une réunion de travail.
Le récit des accidents montre des cas de sous-estimation du risque malgré une expérience professionnelle confirmée. Formation, accueil au poste de travail et sensibilisation aux risques sont des mesures essentielles qui concernent tout autant les seniors que les plus jeunes.
Le risque circulation est aussi caractéristique des seniors, en lien probable avec une baisse de la vue, de l’audition ou une marche plus lente non perçue par l’automobiliste.
(publié le 11 mars 2013)