Le risque routier encore trop négligé

A. d’Hérouville Prévention BTP, 2011, n°145,pp.4-5

Le risque routier lié au travail représente le premier facteur de risque mortel en milieu professionnel. Si les documents uniques (DU) existent dans 70% des entreprises de plus de 100 salariés, le risque routier n’a été identifié que dans 41% d’entre elles et généralement de matière trop générique. "Le DU doit définir les risques de la manière la plus détaillée possible et doit être adapté à l’usage précis d’un matériel". Seules 39% des entreprises (de 1 à 499 salariés) interrogées lors d’un sondage Ifop mettent en place des actions de prévention du risque routier. 24% estiment que ce n’est pas leur rôle et 43% ne savent pas comment faire. Pourtant 8% des dirigeants ont conscience que leur responsabilité est engagée quand un salarié est victime d’un accident de la circulation au cours d’une mission.

La Cnamts*, l’OPPBTP** et la FFB*** ont renouvelé leur partenariat afin d’inciter les chefs d’entreprise à intégrer la prévention du risque routier dans l’organisation du travail. "L’accord porte sur les véhicules utilitaires, un rappel du bon usage des téléphones mobiles, la vérification des compétences à la conduite en situation professionnelle, une information sur les risques liés à la consommation de drogues et d’alcool au volant, et enfin la transmission aux apprentis des compétences de conduite professionnelle par des tuteurs et le développement de la conduite accompagnée."

*Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés
** Organisme Professionnel de Prévention du Bâtiment et des Travaux Publics
***Fédération Française du Bâtiment

(publié le 19 septembre 2011)