Les risques liés à l’hydrogène dans l’industrie

E. Brayard Face au risque, 2008, n° 446, p. 37-42. Bibliographie

Cet article s’appuie sur l’analyse de 215 accidents répertoriés dans la base de données Aria (Analyse, recherche et information sur les accidents) survenus avant le 1er juillet 2007 et impliquant de l’hydrogène. 84% des accidents impliquant de l’hydrogène sont des incendies ou des explosions. Les 16% restants concernent des fuites d’H2 non enflammées, des emballements de réaction sans explosion ou des phénomènes de corrosion détectés avant accident. Dans 21% des accidents de l’étude (soit 46 cas), l’hydrogène en cause est généré accidentellement en raison de la corrosion des aciers, de réactions eau/métal, de formation de gaz à l’eau (mélange d’hydrogène et de monoxyde de carbone se formant lors du contact de l’eau avec des matières carbonées portées à très haute température) ou lors de réactions chimiques impliquant des hydrures aujourd’hui utilisés comme mode de stockage d’hydrogène dans certaines piles à combustible. 7 accidents dans l’échantillon étudié sont en lien avec des phénomènes météorologiques ou des défauts d’alimentation électrique des unités.

70% des accidents dont les causes sont connues ont une origine organisationnelle ou humaine, seule ou associée à une défaillance matérielle. Les causes les plus fréquentes d’accident sont les interventions pour maintenance ou entretien et les défauts de maîtrise de procédé. La prévention repose sur une culture plus élevée du risque dans l’établissement et la mise en place de systèmes performants de gestion de la sécurité.

09B0154

(publié le 17 février 2009)