Pour le meilleur ou pour le pire ? Modification des horaires de travail et risque d’accident de travail chez les hommes et les femmes
For better or worse ? Changing shift schedules and the risk of work injury among men and women

I. Wong, P. Smith, C. Mustard, M. Gignac Scandinavian Journal of Work, Environment and Health, 2014, vol 46, n°6, pp. 621-630. Bibliographie.
Le but de cette enquête canadienne est d’étudier le risque d’accident de travail lié à des changements dans les horaires de travail et d’identifier si ces risques diffèrent entre les hommes et les femmes. Des panels longitudinaux de l’enquête sur la dynamique du travail ont été utilisés pour décrire les modèles d’horaires de travail sur une période de 6 ans auprès d’un échantillon représentatif de travailleurs canadiens (N = 19 131). Une régression de Cox a été utilisée pour estimer le risque d’accident de travail chez les travailleurs qui sont passés en horaires de jour à des horaires irréguliers, chez ceux qui sont passés à des horaires irréguliers à des horaires de jour et chez ceux restés en horaires irréguliers, comparés à ceux qui travaillent en horaires de jour réguliers. Des différences selon le sexe ont été examinées dans des analyses stratifiées séparées. Des ajustements ont été réalisés pour les facteurs de confusion individuels et professionnels.
Un risque accru d’accident de travail a été observé chez ceux qui passent de jour à des horaires irréguliers (rapport de risque (HR) = 2,60 ; IC 95 % 1,79 à 3,77) ; chez ceux qui passent d’horaires irréguliers à des horaires de jour (HR = 2,36 ; IC 95 % 1,62 à 3,49), et chez ceux qui travaillent uniquement en horaires irréguliers (HR = 1,44 ; IC 95 % 1,23 à 1,70).
Pour les femmes, le risque d’accident de travail était plus élevé chez celles qui ont changé d’horaires (du jour à des horaires irréguliers (HR = 3,10 ; IC 95 % 1,76 à 5,46) et d’horaires irréguliers à des horaires de jour (HR = 2,31 ; IC 95 % 1,36 à 3,91) ou chez celles travaillant exclusivement en horaires irréguliers (HR = 1,85 ; IC 95 % 1,44 à 2,37) comparées à celles en horaires de jour.
Pour les hommes, le risque d’accident de travail n’a été augmenté que chez ceux qui sont passés de jour à des horaires irréguliers (HR = 2,18 ; IC 95 % 1,35 à 3,51) ; ou chez ceux passés d’horaires irréguliers à des horaires de jour (HR = 2,38 ; IC 95 % 1,41 à 3,95). La seule différence significative entre les hommes et les femmes était chez les travailleurs en horaires irréguliers.
Ces résultats suggèrent que le changement dans les horaires de travail peut augmenter le risque d’accident de travail chez les hommes et les femmes, et que le risque reste augmenté chez les femmes qui travaillent en horaires irréguliers sur une période prolongée. Cela souligne la nécessité de sensibiliser les travailleurs et de mettre en œuvre des programmes de santé et de sécurité lorsque les travailleurs changent d’horaires de travail, afin de maintenir la santé des travailleurs.
(publié le 16 février 2015)