Maintenance : des métiers à haut risque

C. Devis Prévention BTP, 2015, n°186, pp. 14-19
Les métiers de la maintenance sont particulièrement exposés aux risques professionnels (occurrence d’accident grave, trois fois supérieure à la moyenne nationale, occurrence de mortalité huit fois supérieure et risque de maladie professionnelle multiplié par 6).
Les causes en sont dans la grande variété des situations de travail, dans les contraintes organisationnelles et financières, ce qui induit de très nombreuses sources de risques. Les causes se répartissent à égalité entre les chutes et ébranlements liés à la manutention et les défauts de condamnation d’énergie.
En ce qui concerne les maladies professionnelles, on retrouve les TMS, l’amiante, les émanations de gaz divers, la manipulation de produits chlorés, les affections liées au bruit.
La prévention repose sur l’analyse préalable des risques et la mise en œuvre de mesures devant faire l’objet d’une cogestion optimale entre le donneur d’ordres et l’entreprise intervenante.
La gestion des questions de sécurité est indispensable et l’entreprise intervenante doit veiller à ce que ses salariés disposent des compétences et habilitations nécessaires et instaurer des méthodes de travail formalisées et contrôlées. Tout aussi importante est la mise à disposition de matériels et EPI conformes et adaptés au mieux aux tâches à accomplir.
Il est rapporté l’exemple d’une société de maintenance employant 850 salariés dont 750 techniciens. Ses dirigeants considèrent que la sécurité est une compétence professionnelle à part entière et forme le personnel aux risques propres aux métiers de la maintenance tout en se préoccupant de la dotation en équipement, des plans de prévention. Les accès aux terrasses et faux plafonds ont été facilités par la mise à disposition d’un matériel adapté. Il apparaît dès lors que les mentalités évoluent et que la sécurité occupe une place importante au centre des préoccupations des différents intervenants dans cette entreprise.
(publié le 4 septembre 2015)