Le risque routier au travail

Travail et Sécurité, 2020, n°815, pp.12-25
La route est la première cause de décès au travail avec environ 17% des accidents de trajet mortels. Mais il n’y a pas que les accidents. Il faut compter aussi avec les risques physiques (vibrations, bruit..), posturaux (position assise prolongée), chimiques (gaz d’échappement, vapeurs de carburant..) ou psychosociaux (stress, violence).
Or seul un tiers des entreprises qui ont une flotte de véhicules ont mis en place un véritable plan de prévention des risques routiers et l’ont intégré dans le document unique d’évaluation des risques (DUER).
D’où l’intérêt de ce dossier qui "propose un itinéraire à emprunter pour accéder à une démarche de prévention efficace".
La prévention peut se développer autour de quatre axes : organisation des déplacements, choix et maintenance des véhicules, instauration des règles de communication mobiles et gestion des compétences des salariés.
Sont présentées diverses réalisations en entreprises : objectif zéro accident, analyse des accidents du travail, analyse des risques, plan d’action détaillé et adapté à l’activité, adaptation du matériel pour faciliter les déplacements et amélioration des conditions de travail, organisation du travail adaptée, flotte bien entretenue équipée de dispositifs de sécurité, mais aussi aménagée en fonction des personnes et des charges à transporter, formation continue des salariés à la conduite.
(publié le 8 juillet 2020)