Oeil et risques professionnels

M. Boulanger Encyclopédie Médico-Chirurgicale, Pathologie professionnelle et de l’environnement, 16-525-A-10, 2019, vol.14, n°3, 8 pp. Références

Les atteintes ophtalmologiques d’origine professionnelle sont largement dominées par les accidents du travail. Elles sont liées principalement soit au contact d’un corps étranger ou de projections oculaires (composés acides ou basiques), soit à une exposition massive et brutale à des radiations (rayonnements UV lors du coup d’arc pour les soudeurs), soit à une intoxication au méthanol (neuropathie optique, bilatérale, pouvant conduire à la cécité).

Les pathologies oculaires professionnelles représentent une part minime des maladies reconnues d’origine professionnelle.

  • Le risque peut être d’origine chimique : solvants organiques entrainant une altération de la perception des couleurs ou une neuropathie optique rétrobulbaire bilatérale (dichloroacétylène), métaux pourvoyeurs de conjonctivites, opacités disséminées du cristallin, perturbation de la vision des couleurs, sidérose (fer), chalcose (cuivre), excès de dégénérescence maculaire (pesticides), glaucome ou cataracte (suspectés d’être favorisés chez les travailleurs produisant les corticostéroïdes).
  • Le risque peut être d’origine physique : cataracte radio-induite, principalement sous-capsulaire postérieure.

Cet article accorde une large place à l’organisation de la santé au travail en France et des modalités de reconnaissance en accident du travail ou maladie professionnelle. Il insiste sur l’intérêt des échanges avec le médecin du travail qui reste l’interlocuteur privilégié pour toute question de santé au travail. il est aussi l’occasion de rappeler les différentes ressources à disposition, telles que a consultation de pathologie professionnelle, la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé ou les services d’appui aux adultes déficients visuels.

(publié le 4 septembre 2020)