Acide S-phénylmercapturique urinaire comme biomarqueur clé pour mesurer l’exposition professionnelle à de faibles concentrations de benzène chez les travailleurs chinois : une étude pilote
Urinary S-phenylmercapturic acid as a key biomarker for measuring occupational exposure to low concentrations of benzene in chineses workers : a pilot study

B.H. Lv, S-Z Song, Z. Zhang, Y. Mei, F-L. Ye Journal of Occupational and Environmental Medicine, 2014, vol 56, n°3, pages 319-325. Bibliographie.

Cette étude chinoise a analysé le niveau d’acide S-phénylmercapturique urinaire (U-SPMA) pour une faible exposition au benzène dans un groupe de travailleurs de fabrication de chaussures chinoises. Des échantillons urinaires de 55 travailleurs exposés au benzène à des niveaux inférieurs à 10 parties par millions (ppm) ont été collectés après le travail. Le niveau d’U-SPMA a été déterminé à l’aide d’une méthode de chromatographie liquide/ spectrographie de masse haute performance.

Une bonne linéarité d’U-SPMA a été observée dans la plage de 10 à 320 µg/l (r = 0,9994). La concentration de benzène dans l’air variait de 0,71 à 32,17 mg/m3, et trois classes ont été réalisées avec des niveaux d’exposition (< 6 ; de 6 à 10 ; de 10 à 32,5 mg/m3) ; les concentrations médianes d’U-SPMA étaient de 49,55 ; 102,15 et 335,65 µg/g respectivement.

En conclusion, une bonne corrélation linéaire a été trouvée entre les niveaux d’U-SPMA et les concentrations de benzène dans l’air. La méthode chinoise pourrait être utilisée pour d’autres situations de travail, en Chine.

(publié le 25 septembre 2014)