Associations entre ozone et concentration de PM2,5 (particules fines) chez les participants à l’étude de santé agricole atteints de maladie de Parkinson
Associations of ozone and PM2,5 concentrations with Parkinson’s disease among participants in the agricultural health study

E. Kirrane, C. Bowman, J. Davis, J. Hoppin, A. Blair, H. Chen, M. Patel, D. Sandler, C. Tanner, L. Vinikoor-Imler, M. Ward, T. Luben, F. Kamel Journal of Occupational and Environnemental Medicine, 2015, vol 57, n°5, pages 509-517. Bibliographie.

Cette enquête américaine décrit les associations entre ozone et particules fines chez les agriculteurs de la Caroline du Nord et de l’Iowa atteints de maladie de Parkinson. Par cela, une régression logistique a été utilisée pour déterminer les associations de ces polluants avec les cas auto-rapportés de maladie de Parkinson diagnostiqués par un médecin. Les concentrations journalières prévues de polluants ont été utilisées pour évaluer l’exposition à long terme, et les relier aux adresses géo-codées des participants.

Des associations positives entre maladie de Parkinson et ozone (odds ratio = 1,31 ; IC 95 % de 0,98 à 1,98) et les particules fines (OR = 1,34 ; IC 95 % de 0,93 à 1,93) ont été retrouvées en Caroline du Nord mais pas en Iowa.

La plausibilité d’un effet de ces polluants sur le risque de maladie de Parkinson est soutenu par des données expérimentales démontrant des dommages aux neurones dopaminergiques à des concentrations pertinentes. Des études supplémentaires sont nécessaires pour tenir compte des incertitudes liées aux facteurs de confusion et examiner les aspects temporels des associations observées dans cette étude.

(publié le 21 août 2015)