Asthme et expositions aux produits de nettoyage

O. Dumas, F. Kauffmann, N. Le Moual Archives des Maladies Professionnelles et de l’Environnement, 2013, vol.74, n°2, pp.117-129. Bibliographie
L’exposition aux produits de nettoyage est fréquente dans différents milieux professionnels et dans le cadre domestique. Ces produits sont composés de nombreux agents chimiques, pouvant être classés comme des irritants ou des sensibilisants. De surcroît, les tâches de nettoyage sont souvent associées à des expositions à d’autres nuisances potentiellement "asthmatogènes" : latex, poussières, acariens, moisissures.
Les études de cas d’asthme montrent des liens avec une exposition à des composés d’ammonium quaternaire, à la chloramine-T, à des vapeurs de chlore, à de l’ammoniac, à l’acide chlorhydrique, mais aussi à des enzymes ou à l’acide éthylène diamine tétraacétique (EDTA), contenus dans les détergents.
Les données de surveillance de l’asthme au travail ou basées sur les données de registres ont bien mis en évidence l’importance de l’asthme causé par des produits de nettoyage et de désinfection et le secteur de la santé a été particulièrement étudié.
Le secteur de la santé comptabilise à lui seul en France 12% des cas d’asthme professionnel (deuxième secteur à risque après les boulangers) particulièrement chez les professionnels en milieu hospitalier, les infirmiers, les aides-soignants, le personnel de ménage.
Si en France, il a été suggéré que les cas d’asthme liés au travail étaient globalement en baisse sur la période 2001-2009, les cas associés à une exposition aux produits de nettoyage augmentaient de façon non statistiquement significative et une augmentation significative était observée pour les composés d’ammonium quaternaire (données issues du réseau national de vigilance et de prévention des pathologies professionnelles : RNV3P), notamment chez les personnels soignants chez qui on observait par ailleurs une diminution des cas d’asthme associés au latex et aux aldéhydes. Les femmes sont plus concernées que les hommes par l’asthme lié à l’exposition aux produits de nettoyage que les hommes (données du système de surveillance américain SENSOR).
Les études épidémiologiques ont montré que "l’utilisation de la déclaration des sujets seule n’était pas recommandée car cette méthode est éventuellement sujette à un biais de classement différentiel, qui pourrait mener à une surestimation des liens entre entre l’exposition et la maladie. Des méthodes applicables à de grandes populations doivent être privilégiées : en effet, les personnels de ménage utilisent généralement de nombreux produits, et des effectifs suffisants sont nécessaires pour étudier le rôle de chaque produit spécifique. La construction de matrices tâche-exposition pourrait permettre une meilleure évaluation des expositions. L’utilisation des mesures quantitatives des expositions dans l’environnement professionnel permettrait d’améliorer l’estimation des expositions".
(publié le 29 juillet 2013)