Exposition professionnelle aux pesticides et cancers lymphoïdes chez des hommes : résultats d’une enquête cas témoin française.

Occupational exposure to pesticides ans lymphoid neoplasms among men : results of a french case control study ORSI L., DELABRE L., MONNEREAU A., DELVAL P., BERTHOU C., FENAUX P., MARIT G., SOUBEYRAN P., HUGUET F., MILPIED N., LEPORRIER M., HEMON D., TROUSSARD X., CLAVEL J. Journal of Occupational and Environmental Medicine, 2009, vol.66, n°5, pages 291-298. Bibliographie.
Les objectifs de cette enquête française étaient d’explorer la relation entre l’exposition professionnelle aux pesticides et le risque de cancers lymphoïdes (CLs) chez des hommes.
Une enquête cas-témoin hospitalière a été menée dans six centres en France entre 2000 et 2004. Les cas étaient les cas incidents avec un diagnostic de CLs, âgés de 18 à 75 ans.
Au cours de la même période, des témoins des mêmes sexe et âge que les cas ont été recrutés dans le même hôpital, principalement dans les services d’orthopédie et de rhumatologie. Les expositions aux pesticides ont été évaluées par des entretiens spécifiques et par des revues d’expert au cas par cas. 491 cas (244 cas de lymphomes non Hodgkinien (LNH), 87 cas de lymphome de Hodgkin (LH), 104 cas de syndromes lymphoprolifératifs (SLPs) et 56 cas de myélome multiple (MM) et 456 témoins ont été inclus dans les analyses. Les odds ratio (ORs) et l’intervalle de confiance à 95% (IC 95%) ont été estimés au moyen de régressions logistiques non conditionnelles. Des associations positives entre LH et exposition professionnelle aux fongicides triazolés et aux herbicides à l’urée ont été observées [respectivement OR = 8,4 (2,2 à 334) et 10,8 (2,4 à 48,1)].
L’exposition aux insecticides, fongicides et herbicides était liée à une multiplication par trois du risque de MM [respectivement OR = 2,8 ( 1,2 à 6,5) ; 3,2 (1,4 à 7,2) ; 2,9 (1,3 à 6,5)]. Pour des sous types de SLPs, des associations restreintes aux leucémies à cellules chevelues (LCC) ont été prouvées pour des expositions aux insecticides organochlorés, aux herbicides phénoxy et aux herbicides à la triazine [respectivement OR = 4,9 (1,1 à 21,2) ; 4,1 (1,1 à 15,5) ; 5,1(1,4 à 19,3)], bien que basées sur des effectifs faibles.
Enfin, malgré des ORs augmentés pour les insecticides organochlorés et organophosphorés, les fongicides au carbamate et les herbicides à la triazine, aucune association significative n’a été mise en évidence pour les LNH.
En conclusion, les résultats fondés sur une revue d’experts au cas par cas de questionnaires professionnels spécifiques, soutiennent l’hypothèse que les expositions professionnelles aux pesticides peuvent être impliquées dans le lymphome de Hodgkin, le myélome multiple et la leucémie à cellules chevelues et ne jouent pas de rôle dans les lymphomes non hodgkiniens. Les analyses ont identifié des pesticides spécifiques qui justifient des études ultérieures et les résultats sont en accord avec ceux d’enquêtes antérieures.
(publié le 17 mars 2010)