Exposition professionnelle aux agents chimiques perturbateurs endocriniens et risque de mélanome de l’uvée

Occupational exposure to endocrine-disrupting chemicals and the risk of uveal melanoma T. Behrens, E. Lynge, I. Cree, J.M. Lutz, M. Erikson, P. Guénel, F. Merletti, M. Morales- Suarez-Varela, N. Afonso, A. Stengrevics, A. Stang, J. Févotte, S. Sabroe, A. Llopis-González, G. Gorini, L. Hardell, W. Ahrens Scandinavian Journal of Work, Environment and Health, 2012, vol 38, n°5, pages 476-483. Bibliographie.

Cette étude européenne (cas-témoins) de 8 pays européens a pour but l’investigation de l’association entre l’exposition professionnelle aux agents chimiques perturbateurs endocriniens (ACPE) et le risque de mélanome de l’uvée.

280 cas et 3 084 sujets contrôles ont été inclus dans l’analyse finale. Des informations sur la possibilité d’exposition aux ACPE ont été recueillies à partir de 27 questionnaires spécifiques professionnels (QSP) détaillant les tâches professionnelles.

Des risques relatifs estimés ont été calculés à partir des QSP et sur l’exposition potentielle à un groupe d’ACPE. Plusieurs scores d’exposition ont été élaborés, prenant en compte l’intensité et la durée de l’exposition, l’utilisation d’équipement de protection individuelle. Des analyses de type régression logistique inconditionnelle, ont été ajustées sur le pays, l’âge, le sexe, la couleur des yeux et les atteintes oculaires passées dûes à une exposition intense aux ultra-violets.

Les résultats montrent que la prévalence d’exposition globale aux ACPE était de 11 % pour les métaux lourds ayant des propriétés perturbatrices endocriniennes. De plus, travailler dans certaines industries était associé avec un risque de mélanome [comme le nettoyage à sec : (OR à 6,15 ; IC 95 % de 2 à 18,96) et le travail dans l’industrie manufacturière du verre : (OR à 3,49 ; IC 95 % de 1,10 à 11)], le risque pour des agents spécifiques n’était pas augmenté. L’augmentation du risque la plus forte était observée pour les solvants organiques avec propriétés perturbatrices endocriniennes (OR à 1,31 ; IC 95 % de 0,78 à 2,21).

En conclusion, l’exposition professionnelle aux ACPE n’est pas associée à un risque augmenté de mélanome de l’uvée.

(publié le 22 novembre 2012)