Relation exposition-réponse entre cancer du poumon et hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAPs)

Exposure-response relationship between lung cancer and polycyclic aromatic hydrocarbons (PAHs) B.G. Armstong, G. Gibbs Occupational and Environmental Medicine, 2009, vol.66, n°11, pp 740-746. Bibliographie.
Les objectifs de cette enquête anglo-canadienne étaient d’estimer la fonction exposition-réponse associant l’exposition aux hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAPs) et le cancer du poumon, en prenant en compte le tabagisme. La mortalité, l’historique de l’exposition professionelle et du tabagisme ont été vérifiés pour une cohorte de 16 431 personnes (15 703 hommes et 728 femmes) qui avaient travaillé dans une des quatre fonderies d’aluminium du Québec entre 1950 et 1999. Une grande variété de fonctions exposition-réponse ont été mises en place pour les données de la cohorte au moyen de modèles du risque relatif généralisé.
Chez les 677 cas de cancer du poumon, il y avait une tendance nette d’augmentation du risque avec l’augmentation de l’exposition cumulée aux HAPs mesurée sur le benzo-a-pyrène (BaP). Un modèle linéaire prédisait un risque relatif de 1,35 (IC 95% Cl 1,22 à 1,51) pour 100 µg/m 3 BaP années, mais il y avait un décrochement significatif de la linéarité en direction d’une courbe décroissante au fur et à mesure que les expositions augmentaient.
Parmi les modèles essayés, celui qui convenait le mieux était un modèle à deux noeuds à la puissance trois et une courbe de puissance [RR = (1 + bx) p ], cette dernière prédisant un risque relatif de 2,68 à 100 µg/m 3 BaP années. Des modèles additifs et des modèles multiplicatifs convenaient bien de manière presque égale pour les risques combinés liés à l’exposition professionnelle aux HAPs et au tabagisme, avec un léger avantage pour le modèle additif.
En conclusion, malgré l’importance numérique de la cohorte et la longue période de suivi, la forme de la fonction exposition-réponse et le mode de combinaison des risques dus à l’exposition professionnelle aux HAPs et au tabagisme reste incertaine.
Si une fonction exposition-réponse linéaire est admise, la courbe estimée
est largement en accord avec l’estimation issue d’un suivi antérieur de la même cohorte, et quelque peu plus élevée que la moyenne trouvée dans une récente analyse d’enquêtes sur le cancer du poumon.
(publié le 5 juillet 2010)