Mal de dents lié au travail

Prevent Focus, 2011, mai, pp.16-18

Des problèmes dentaires peuvent être consécutifs à un accident du travail (dents cassées ou gencives endommagées).
Mais les maux de dents sont généralement le résultat d’une conjonction de facteurs : habitudes alimentaires, mauvaise hygiène buccale, âge ; néanmoins, certains groupes professionnels courent plus de risques que d’autres de développer des problèmes dentaires.
Sont particulièrement victimes de caries, les voyageurs comme les bateliers ou les chauffeurs de camion, les boulangers et les ouvriers des usines de bonbons et de biscuits car ils consomment plus de sucreries comme en-cas. Dans ces dernières professions, le risque vient aussi du fait que les salariés aspirent de la poussière de sucre par la bouche.
La liste européenne des maladies professionnelles inclut les caries résultant d’activités dans l’industrie du chocolat, du sucre et de la farine.
Un autre phénomène est l’érosion dentaire qui se produit lorsque les dents sont en contact avec un taux d’acidité de 5,5 ou moins qui permet la dissolution des ions calcium et phosphate de l’émail dentaire ; le premier stade qui est celui de la déminéralisation est encore réversible mais si l’émail disparait, l’ivoire mis à nu se dissout à son tour.
Cette situation concerne les personnels exposés à des acides volatils dans l’environnement de travail :

  • qui inhalent un air chargé d’acide (acide sulfurique, acide chlorhydrique ou acide nitrique) ; il en est ainsi des personnes qui travaillent dans des usines de zinc électrolytique, des usines de peinture ou des usines où l’on utilise certains enzymes ou des photographes qui travaillent encore en chambre noire ;
  • qui entrent en contact avec des acides contenus dans des produits alimentaires (dégustateurs de vins ou sportifs qui consomment des boissons énergisantes), ou dans l’eau des piscines (si eau chlorée mal neutralisée avec un pH acide).

La prévention sera collective : automatisation des procédés de production et utilisation de systèmes fermés, aspiration des ateliers et entretien régulier.
Elle sera également individuelle : le port de masque à poussière diminue le risque d’érosion dentaire.
Une information préalable du personnel sur les risques et l’hygiène buccale est essentielle : se brosser les dents, mâcher du chewing-gum au fluor ou mastiquer un aliment sain. Il sera rappelé le rôle néfaste du tabac sur les dents.

(publié le 6 juin 2011)