Pneumopathie d’hypersensibilité professionnelle liée à l’éthylméthacrylate chez une prothésiste ongulaire effectuant la pose de faux ongles

Signalement du Groupe de travail Emergence du RNV3P Références en Santé au Travail, 2013, n°134, pp.5-6
Une prothésiste ongulaire présentait des épisodes de fièvre et de dyspnée à chronologie professionnelle. Au moment d’un pic fébrile, le scanner a retrouvé une infiltration en verre dépoli, associée à une lymphocytose au lavage broncho-alvéolaire.
La rémission des signes cliniques et radiologiques a été obtenue après 10 jours de corticothérapie.
La recherche de précipitines contre les antigènes fongiques kératinophiles pouvant être présents dans les poussières d’ongles s’est révélée négative.
La disparition des symptômes a été obtenue par la suppression des produits contenant de l’éthylméthacrylate (EMA) présent à 80% dans le liquide de façonnage.
La prévention est essentielle dans ce secteur constitué de très petites entreprises employant des salariés n’ayant aucune conscience du risque chimique.
Elle repose sur l’information des salariés à propos des risques liés à l’EMA (pneumopathie d’hypersensibilité), la substitution des produits nocifs (en préférant la technique gel à la technique résine), la mise en place d’une ventilation efficace et le port d’un appareil de protection respiratoire de type FFP2 lors du ponçage des ongles.
(publié le 30 septembre 2013)