Risque de cancer du poumon associé aux expositions quantitatives au béryllium mesurées au sein d’une cohorte professionnelle

Risk of lung cancer associated with quantitative beryllium exposure metrics within an occupational cohort M Schubauer-Berigan, J Deddens, J Couch, M Petersen Occupational and Environmental Medicine, 2011, vol. 68, n°5, pages 354-360. Bibliographie.

Le béryllium a été identifié comme un cancérogène pour l’homme sur la base d’études chez l’animal et d’enquêtes épidémiologiques chez les humains. Les auteurs américains ont récemment publié une mise à jour des associations entre le cancer du poumon et l’exposition au béryllium dans une grande cohorte regroupant des travailleurs de 7 usines des USA. Les auteurs ont mis en œuvre la présente étude pour évaluer la forme des courbes des associations exposition-réponse entre différentes expositions mesurées et le cancer du poumon au sein de cette cohorte, en prenant en compte les facteurs de confusion potentiels (ethnie, usine, statut professionnel et durée de l’exposition ainsi que l’exposition à d’autres cancérogènes pulmonaires).

Les auteurs ont réalisé des analyses par régression des risques proportionnels de Cox pour le risque de cancer du poumon avec les expositions « moyennes pondérées quotidiennes » (MPQ) moyennes, maximales et cumulées chez 5 436 travailleurs, en utilisant des niveaux de risque en fonction de l’âge. Différentes courbes exposition-réponse ont été calquées sur les expositions mesurées, en incluant les ajustements log-linéaires adaptés sur la catégorie, la puissance et d’autres paramètres complexes.

Les auteurs ont trouvé des associations positives significatives entre le cancer du poumon et l’exposition moyenne (p < 0,0001) et maximum (p < 0,0001), après ajustement pour l’âge, la date d’entrée dans la cohorte et dans l’usine. De même pour l’exposition cumulée au béryllium (p = 0,0017), après ajustement pour ces mêmes facteurs auxquels ont été adjoints le statut d’emploi de courte durée et l’exposition à l’amiante. Les modèles qui convenaient le mieux étaient généralement catégoriels ou log-linéaires de la taille de l’échantillon, avec l’augmentation la plus marquée du risque de cancer du poumon entre 0 et 10 µg/m3 pour à la fois les expositions MPQ moyenne et maximale, et entre 0 et 200 µg/m3 - jours pour les expositions MPQ cumulées. L’exposition au béryllium MPQ moyenne estimée avec un risque de diminution de temps de vie de 10-3 basée sur le modèle log-linéaire de la taille de l’échantillon est de 0,33 µg/m3.

En conclusion, cette enquête fournit la preuve que le risque de cancer du poumon est élevé pour les travailleurs à des niveaux d’exposition proches de l’actuelle valeur limite de MPQ 2,0 µg/m3 fixée par l’administration américaine de sécurité et de santé au travail (OSHA).

(publié le 6 décembre 2011)