Dermatoses professionnelles au caoutchouc

M-N. Crepy Références en Santé au Travail, 2020, n°162, pp. 115-131. Bibliographie

Caoutchouc naturel et caoutchouc synthétique sont responsables de fréquentes allergies.
L’irritation peut être d’origine mécanique ou liée à l’occlusion et la macération sous les gants. La poudre des gants et les agents utilisés pour stériliser les gants sont aussi des irritants bien connus.
Les additifs du caoutchouc les plus fréquemment incriminés sont les accélérateurs de vulcanisation (dithiocarbamates, benzothiazoles, guanidines, thiourées), les antioxydants et d’autres allergènes que sont les pigments, les adjuvants, les émollients et les ammoniums quaternaires.
Les allergènes responsables d’urticaire de contact sont principalement le latex.
Les substances responsables de leucodermie sont l’hydroquinone et ses dérivés.

Les professions particulièrement exposées sont le personnel de santé, le personnel de nettoyage, les coiffeurs, les salariés de la métallurgie, les agriculteurs.
Les gants sont la première cause d’allergie professionnelle aux additifs représentant 40 à 70% des cas.
Les chaussures et bottes sont également une source d’exposition.

La dermatite d’irritation de contact (DIC) se localise surtout aux mains et aux poignets (lésions érythémato-squameuses). La poudre est un facteur aggravant la déshydratation cutanée.
La dermatite de contact allergique (DAC) atteint assez spécifiquement les poignets au niveau du bord libre de la manchette (eczéma).
La dermatite de contact aux protéines (DCP) de latex présente l’aspect d’un eczéma chronique ou récurrent avec prurit, exacerbations urticariennes et/ou vésiculeuses dans les minutes suivant le contact avec l’allergène.

Le diagnostic de l’allergie immédiate au latex sera confirmé par la recherche in vitro des IgE des composants allergéniques de latex.
Pour ce qui concerne la dermatite de contact allergique, les tests épicutanés constituent la méthode de référence pour identifier les allergènes.

La prévention repose sur la réduction de l’utilisation du latex et/ou de sa teneur en protéines allergisantes, le port de gants en caoutchouc sans ou avec la plus faible teneur en additifs du caoutchouc sensibilisants.

(publié le 1er octobre 2020)