La pathologie respiratoire infectieuse d’origine professionnelle

N. Coman, B. Loddé, J.D. Dewitte Archives des Maladies Professionnelles et de l’Environnement, 2008, vol.69, n°4, p. 564-573. Bibliographie

Selon l’enquête SUMER 2003, près de 15% des salariés sont exposés à des agents infectieux. Deux salariés sur trois sont ainsi confrontés au risque biologique dans le secteur de la santé, un sur trois dans l’agriculture et l’industrie agroalimentaire et un sur quatre dans les services aux personnes. Les maladies les plus fréquentes parmi les pathologies infectieuses professionnelles avec atteinte pulmonaire dominante restent la tuberculose et la brucellose avec une majorité des cas dans le secteur médical et le secteur agro-alimentaire. Le nombre de contaminations du personnel de santé par le VIH est très faible (jusqu’en 2005, 14 cas de séroconversion prouvée par le VIH après AES ainsi que 34 infections présumées d’origine professionnelle). En ce qui concerne la grippe aviaire, 124 personnes sont décédées (123 éleveurs possédant une petite basse-cour et 1 vétérinaire). Les agents responsables de ces pneumopathies infectieuses sont très variés, dans leurs formes ou dans leurs caractéristiques. Il faut aussi tenir compte de leur résistance en milieu extérieur. Les bactéries responsables de ces pneumopathies infectieuses sont à gram négatif, sauf B. anthracis (agent du charbon). Sur les 144 souches de virus grippaux aviaires A, quatre ont provoqué des infections humaines. La transmission des agents pathogènes se fait soit directement par contact avec des animaux malades, soit indirectement par contact avec des produits contaminés. Les voies de pénétration sont respiratoires, cutanées ou digestives. Les manifestations cliniques des maladies sont extrêmement variables (de l’infection asymptomatique ou de symptômes généraux non spécifiques à des pneumonies typiques ou atypiques, mais aussi des pleurésies ou des abcès pulmonaires). La plupart des classes d’antibiotiques peuvent être utilisées pour traiter les pneumopathies infectieuses professionnelles. Les plus utilisées sont les cyclines. La prévention repose sur l’information des travailleurs. Les principales mesures sont l’hygiène, la destruction des animaux infectés ou des tissus contaminés et pour certaines maladies, la vaccination.

09B0115

(publié le 2 décembre 2008)