Facteurs de risques professionnels du cancer du sein

A. Popa, P. Guénel Le Concours Médical, 2016, vol.138, n°3, pp. 221-223. Bibliographie

Le cancer du sein constitue un problème majeur de santé publique et chaque année dans le monde, surviennent 1,7 million de nouveaux cas et 500 000 décès.
Certaines expositions professionnelles ont été incriminées dans le cancer du sein à savoir

  • Les rayonnements ionisants : si l’effet cancérogène est établi chez les survivantes des bombardements atomiques ou chez les femmes ayant bénéficié d’une radiothérapie ou de fortes expositions sur des courtes périodes, les études portant sur les expositions professionnelles aux rayonnements ionisants à faible dose ont des résultats discordants.
  • Le travail de nuit : le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) a classifié le travail posté comme cancérogène probable, en rendant responsable l’exposition à la lumière artificielle pendant la nuit, à l’origine d’une diminution de la sécrétion de la mélatonine et des ses effets oncostatiques ; de modifications de l’expression des gènes de régulation de l’horloge biologique impliqués dans la prolifération cellulaire ; ou d’une immunodépression liée aux troubles du sommeil.
    Les résultats des différents études ne sont pas concordants mais montrent néanmoins une augmentation du risque chez les femmes ayant travaillé de nuit pendant 20 ou 30 ans.
  • Les perturbateurs endocriniens : notamment les polluants organochlorés persistants et les PCB (polychlorobiphényles), mais aussi les phtalates qui pourraient induire un accroissement du risque lorsque les expositions surviennent lors de périodes de susceptibilité accrue des cellules mammaires, notamment lors de la vie in utero ou avant la première grossesse à terme.

Sont suspectés mais sans lien avéré :

  • les médicaments antinéoplasiques classés dans le groupe 1A ou 2A par le CIRC,
  • les champs électromagnétiques d’extrême basse fréquence,
  • les solvants utilisés dans l’industrie chimique, l’industrie du bois, des textiles, des métaux, du papier,
  • l’oxyde d’éthylène.

Des investigations complémentaires sont nécessaires pour améliorer la prévention du cancer du sein.

(publié le 9 mai 2016)