Main et maladies professionnelles

L.Bensefa-Colas, D. Chouda La Presse médicale, 2013, vol.42, n°12, pp.1627-1631. Références

Nombreuses sont les lésions des mains imputables à des accidents du travail ou des maladies professionnelles.
Les atteintes des mains les plus fréquentes sont les dermatoses professionnelles ; et parmi celles-ci, les dermatites de contact, surtout d’irritation et les dermatites allergiques, plus rarement des urticaires de contact et les dermatites de contact aux protéines. Un tableau d’eczéma des mains doit faire rechercher le ou les produits en cause en collaboration avec le médecin du travail et les centres spécialisés en pathologies professionnelles. Les causes des dermatites de contact professionnelles sont très souvent multifactorielles (association de facteurs environnementaux, professionnels ou non, et de facteurs endogènes).
La chronicisation de ces dermatites de contact induit un retentissement socio professionnel important (graves répercussions sur le plan social, les activités de la vie quotidienne et le travail).
Le diagnostic précoce est nécessaire, la prise en charge immédiate d’une dermatite d’irritation permettant d’éviter la survenue d’une sensibilisation et des manifestions allergiques.
La prévention repose sur la réduction maximale du contact cutané avec les irritants et l’éviction complète du contact avec les allergènes sensibilisants pour le patient.

L’incidence des troubles musculosquelettiques (TMS) va croissant depuis plus de 15 ans. Les TMS liés au travail les plus fréquents au niveau du poignet et de la main sont le syndrome du canal carpien, ou de la loge de Guyon, les tendinites des fléchisseurs et des extenseurs de la main et des doigts, la maladie de De Quervain.
La prévention repose sur la réduction de l’hypersollicitation en milieu de travail et par un diagnostic médical précoce.

De nombreuses pathologies de la main liées à l’activité professionnelle peuvent bénéficier d’une déclaration en maladie professionnelle. Les modalités de déclaration sont détaillées dans cet article. Toute affection répondant aux conditions médicales et administratives mentionnées dans un des "tableaux de maladies professionnelles " est automatiquement reconnue comme professionnelle par présomption d’origine. Si aucun tableau ne mentionne l’affection du patient, le Comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles (CRRMP) pourra être saisi mais seulement en cas d’affection grave. Les salariés du régime agricole bénéficient de tableaux spécifiques.
La reconnaissance en maladie professionnelle permet au patient d’obtenir une indemnisation. Cette reconnaissance n’entraîne pas systématiquement une inaptitude médicale au travail. Une reconnaissance du statut de travailleur handicapé peut être sollicitée auprès de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH).

(publié le 5 février 2014)