Exposition professionnelle à la poussière de bois et risque de cancer du poumon : l’étude ICARE.
Occupational exposure to wood dust and risk of lung cancer : the ICARE study

M. Matrat, L. Radoï, J. Févotte, F. Guida, S. Cénée, D. Cyr, M. Sanchez, G. Menvielle, A. Schmaus, E. Marrer, D. Luce, I. Stücker, groupe d’étude ICARE Occupational and Environmental Medicine, 2019, vol 76, n°12, pp. 901-907. Bibliographie.

Dans une précédente analyse des données issue d’une étude cas-témoin basée sur la population française (étude des causes professionnelles et environnementales des cancers respiratoires – étude ICARE), « avoir déjà travaillé » dans une activité exposant à la poussière de bois était associé à un risque accru de cancer du poumon après ajustement sur le tabagisme mais pas pour des facteurs professionnels.
Cette étude française vise à étudier la relation entre le risque de cancer du poumon et l’exposition aux poussières de bois après ajustement sur des facteurs professionnels. Les données ont été obtenues à partir de 2 276 cas et 2 780 contrôles. Un questionnaire standardisé a été utilisé pour connaître leur consommation tabagique et leurs antécédents professionnels ; et un questionnaire spécifique pour recueillir l’exposition à la poussière de bois.
Des modèles de régression logistique ont été utilisés pour calculer les OR et leur IC à 95 % ajustés en fonction de l’âge, du lieu de résidence, du tabagisme, du nombre de périodes de travail, de l’exposition à la silice, à l’amiante et aux gaz d’échappement de moteurs diesel.

Aucune association significative n’a été trouvée entre le cancer du poumon et l’exposition aux poussières de bois après ajustement sur le tabagisme, l’amiante, la silice et les gaz d’échappement de moteurs diesel.
Le risque de cancer du poumon était légèrement augmenté chez ceux exposés pendant plus de 10 ans, 40 ans après la 1ére exposition
. Ces résultats n’attestent pas d’une forte relation entre l’exposition à la poussière de bois et le cancer du poumon.
Il est important de prendre en compte le tabagisme et les co-expositions professionnelles dans les études sur le cancer du poumon et l’exposition aux poussières de bois.

D’autres études évaluant le niveau et la fréquence de l’exposition lors de diverses tâches du traitement du bois sont nécessaires.

(publié le 30 avril 2020)