Expositions professionnelles et risque de sclérose latérale amyotrophique
Occupational exposures and the risk of amyotrophic lateral sclerosis

T. Peters, F. Kamel, C. Lundholm, M. Feychting, C. Weibull, D. Sandler, P. Wiebert, P. Sparén, W. Ye, F. Fang Occupational and Environmental Medicine, 2017, vol 74, n°2, pages 87-92. Bibliographie.

Cette étude américano-suédoise s’intéresse aux associations entre les expositions spécifiques professionnelles dans certaines professions et le risque de sclérose latérale amyotrophique (SLA) dans la population suédoise.

Une étude cas-témoins a été menée en Suède.
Les patients atteints de SLA diagnostiqués au cours de la période 1991-2010 (n = 5 020) ont été identifiés à partir du registre national de patients et 5 témoins par cas (n = 25 100) ont été choisis de façon aléatoire parmi la population générale suédoise, correspondant individuellement aux cas selon l’année de naissance et le genre. La matrice nordique d’exposition professionnelle sur le cancer professionnel a été utilisée pour identifier les expositions professionnelles individuelles. Une régression logistique conditionnelle a été utilisée pour estimer les odds ratios et leurs intervalles de confiance.

Un risque plus élevé de SLA a été associé à la fabrication d’outils de précision (OR = 1,68 ; IC 95 % de 1,11 à 2,52) et aux travaux du verre, de poteries et de tuiles (OR = 1,76 ; IC 1,03 à 3,00) alors qu’un risque plus faible était associé au travail du textile (OR = 0,44 ; IC 0,21 à 0,91). Aucune des expositions professionnelles examinées n’a été associée au risque de SLA dans son ensemble.
Cependant, chez les personnes de moins de 65 ans, une association avec un risque plus élevé de SLA a été observée pour le formaldéhylde (OR = 1,29 : IC 1,00 à 1,65) et une association avec un risque inférieur de SLA a été trouvée pour le chlorure de méthylène (OR = 0,49, IC 0,26 à 0,93).
Cette étude suédoise a donc identifié plusieurs professions et expositions professionnelles qui peuvent être associées au risque de SLA.
Le curriculum laboris obtenu à partir des recensements effectués tous les 10 ans reste une limite de l’étude.

(publié le 29 novembre 2017)