Ototoxicité
Une reconnaissance qui risque de faire du bruit

G.B. Travail et Sécurité, 2018, n°794, p.8
" En mars 2018, l’agence fédérale américaine pour la prévention des risques professionnels (Osha) a publié un bulletin d’alerte sur les risques de surdité encourus par les salariés en cas d’exposition à des produits chimiques et lors de coexpositions avec du bruit" ; l’exposition pouvant se faire par inhalation, ingestion ou par absorption cutanée".
En France et en Europe, cette notion d’autotoxicité n’est pas clairement reconnue réglementairement.
Or, de nombreuses filières professionnelles sont concernées : la métallurgie, la chimie, le textile, l’industrie du papier, l’imprimerie, la construction navale de plaisance, les équipements électriques... mais également l’exploitation minière, la construction et l’agriculture".
L’employeur formera et informera les salariés à ces risques.
Une surveillance audiométrique est recommandée en cas de co-exposition même en dessous des niveaux sonores autorisés.
La prévention sera collective : suppression ou substitution des agents ototoxiques, isolation, ventilation.
Enfin, la protection sera individuelle avec des équipements adaptés au bruit et aux substances ototoxiques.
(publié le 29 mai 2018)