Pathologies cardiovasculaires professionnelles

F. Dutheil, A. Chamoux Encyclopédie Médico-Chirurgicale, EMC, Elsevier Masson, SAS, Issy-les-Moulineaux, Pathologie professionnelle et de l’environnement, 2018, vol.13, n°2, Article 16-531-A-10, pp.1-18. Bibliographie

Les maladies cardiovasculaires (MCV) sont la première cause de mortalité en France et dans le monde. Elles concernent tous les âges, y compris la population active.
Si 90% du risque cardiovasculaire s’explique par un certain nombre de comportements ou de pathologies, la part professionnelle est souvent ignorée.

Cet article exhaustif ne peut être résumé et doit être lu par les médecins du travail et les équipes pluridisciplinaires de santé au travail.
Il étudie successivement les facteurs étiologiques professionnels : les agents chimiques, les agents physiques (bruit, vibrations et chocs, électricité, radiations ionisantes), les agents biologiques puis les facteurs de risque de l’environnement professionnel ; mais aussi les conséquences d’une pathologie cardiovasculaire, les examens complémentaires à disposition du médecin du travail, la prévention et la réparation.

Les risques liés aux produits chimiques surviennent dans des conditions accidentelles ou lors d’intoxications volontaires et restent anecdotiques.
Il est important de se pencher sur l’environnement au travail en ce qui concerne notamment :

  • la sédentarité au travail ("entre 4 et 8 h par jour passées assis, le risque de mortalité d’origine cardiovasculaire augmente de 2% par heure passée assis et au-delà de 8 heures, la mortalité augmente de 8% par heure assise supplémentaire"),
  • l’effort physique violent au travail,
  • le stress aigu au travail ou de fortes contraintes physiques associées à de fortes contraintes thermiques,
  • l’immobilisation prolongée,
  • le tabagisme passif,
  • le travail posté,
  • les contraintes psychologiques et mentales, le stress (augmentation de l’incidence de l’hypertension artérielle et du risque de cardiopathie ischémique).

Le médecin du travail est très impliqué au stade de l’aptitude au poste de travail et dispose de la possibilité de pratiquer un enregistrement de la fréquence cardiaque au cours des activités professionnelles et de calculer le coût cardiaque relatif. Si le poste n’est pas adapté aux capacités fonctionnelles de l’individu, le médecin doit proposer aménagement du poste, temps partiel thérapeutique, reclassement professionnel, etc.

La prévention des maladies cardiovasculaires au travail est un enjeu majeur, et le rôle du médecin du travail est double : à la fois sur le risque professionnel, mais aussi en son absence (tabagisme, obésité, inactivité physique).

La réparation des pathologies cardiovasculaires peut se faire au titre des pathologies professionnelles inscrites aux tableaux ou dans certaines conditions par le biais du Comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles.

(publié le 10 août 2018)