Expositions aux poussières d’origine professionnelle et aux rayonnements ionisants et mortalité par cancer de l’estomac chez les mineurs d’Uranium allemands, 1946-2003.

Occupational dust and radiation exposure and mortality from stomach cancer among German uranium miners, 1946-2003 M. Kreuzer, K. Straif, J.W. Marsh, F. Dufey, B. Grosche, D. Nosske, M. Sogl Occupational and Environmental Medicine, 2012, vol 69, n°3, pages 217-223. Bibliographie.

L’exposition professionnelle aux poussières et à de faibles doses de rayonnements ionisants a été évoquée comme étant un facteur de risque potentiel pour le cancer de l’estomac. Des données issues d’une cohorte de mineurs d’uranium allemands ont été utilisées dans cette enquête allemande pour valider ces potentialités.

Pour cela, 58 677 mineurs dont les informations complètes sur leurs expositions professionnelles aux poussières, à l’arsenic et aux faibles doses de rayonnements ionisants, à partir de matrices emplois-expositions, ont été inclus dans la cohorte. 592 décès par cancer de l’estomac sont survenus pendant la période de suivi entre 1946 et 2003. Un modèle de régression de Poisson, stratifié sur l’âge et l’âge calendaire a été utilisé pour calculer un excès de risque relatif (ERR) par unité cumulative d’exposition aux fines poussières ou par dose cumulative absorbée dans l’estomac de rayonnement alpha ou par faible transfert d’énergie linéique (TEL). Concernant l’exposition à l’arsenic, un modèle binaire quadratique a été appliqué. Les résultats montrent, après ajustement sur chacune de 3 autres variables, une relation statistiquement non significative concernant le TEL (ERR/Gy = 0,30 ; IC 95% de 1,26 à 1,87), le rayonnement alpha (ERR/Gy = 22,5 ; IC 95% de 26,5 à 71,5) et les poussières fines (ERR/poussières fines = 0,0012 ; IC 95 % de 0,002 à 0,0043). La relation entre le cancer de l’estomac et l’exposition à l’arsenic était non linéaire avec un risque relatif ajusté multiplié par 2,1 (IC 95 % de 0,9 à 3,3) dans la catégorie 500 µg/m3 x ans, par rapport à la catégorie 0 µg/m3 x ans.

En conclusion, une relation positive mais statistiquement non significative entre le cancer de l’estomac et les expositions aux poussières d’arsenic, aux poussières fines et aux rayonnements alpha et de faible TEL, a été retrouvée. En général, actuellement, malgré un faible pouvoir statistique, l’exposition à de faibles doses de rayonnements ionisants et aux poussières fait l’objet de préoccupation.

(publié le 22 octobre 2012)