Résultats d’autopsies et plaques pleurales dans le registre des mésothéliomes de la région Frioul Vénétie Giulia

Riscontri autoptici e placche pleuriche nel Registro Mesoteliomi della regione Friuli Venezia Giulia R. De Zotti, G. Barbati, C. Negro La Medicina del Lavoro, 2013, vol. 104, n°1, pages 55-66. Bibliographie.

Le but de cette enquête italienne (hôpitaux de Trieste) était de décrire les cas de mésothéliomes malins (MM) qui sont survenus dans la région Frioul Vénétie Giulia au cours de la période 1995-2009 et d’évaluer la contribution au diagnostic des résultats d’autopsies. Une recherche des cas de MM a été faite au moyen du Registre Régional des mésothéliomes en suivant les critères standardisés pour le diagnostic et l’évaluation de l’exposition passée à l’amiante a été analysée. Les plaques pleurales ont été identifiées par les résultats des autopsies ; la relation entre la présence de plaques pleurales et l’évaluation de l’exposition passée à l’amiante a été analysée.

Ce sont 834 cas de MM qui ont été enregistrés et 458 rapports d’autopsies étaient disponibles ; pour 142 cas (15 % d’hommes et 23 % de femmes) le premier diagnostic a été fait à l’autopsie. Des données étaient disponibles sur l’exposition passée à l’amiante dans 91 % des cas (416 sujets) avec des résultats d’autopsies : 255 avaient une « exposition professionnelle certaine » (groupe 1), 116 « autre exposition et exposition non professionnelle » (groupe 2), 45 « exposition négative ou inconnue » (groupe 3). La régression logistique a montré que des prédicteurs significatifs pour les plaques pleurales étaient l’âge au moment du diagnostic [OR = 1,3 chaque année (IC 95 % 1,01 à 1,05)], l’exposition à l’amiante dans le groupe 1 versus le groupe 2 [OR = 6,8 (IC 95 % 4 à 12)], et l’exposition dans le groupe 1 versus le groupe 3 [OR = 6,4 (IC 95 % 3 à 13)]. Parmi les sujets dans les groupes 1 et 2, la présence de plaques pleurales était significativement associée avec la latence (OR = 1,03 pour chaque année de latence ; IC 95 % 1,01 à 1,22) et l’exposition à l’amiante dans le groupe 1 versus le groupe 2 (OR = 7,8 ; IC 95 % 4,4 à 13,0).

En conclusion, les résultats d’autopsies améliorent le niveau de diagnostic de MM chez les sujets âgés, pour lesquels des données fiables sur l’exposition passée à l’amiante sont souvent manquantes. Chez les sujets souffrant de MM l’interrogatoire direct est toujours le meilleur outil pour évaluer l’exposition passée à l’amiante ; les résultats d’autopsies (découverte de plaques pleurales) ne peuvent pas remplacer l’anamnèse professionnelle quand celle-ci fait défaut, bien que de tels résultats peuvent avoir un rôle de soutien au diagnostic.

(publié le 15 avril 2013)