Evolution des douleurs musculo-squelettiques multisites chez les employés âgés de la quarantaine jusqu’à un âge avancé : suivi des employés municipaux pendant 28 ans
Multisite musculoskeletal pain trajectories from midlife to old age : a 28-year follow-up of municipal employees

S. Neupane, C-H. Nygård, K.C. Prakash, M. von Bonsdorff, M E .von Bonsdorff, J. Seitsamo, T. Rantanen, J. Ilmarinen, P. Leino-Arjas Occupational and Environmental Medicine, 2018, vol 75, n°12, pp. 863-870. Bibliographie.

Cette enquête finlandaise a étudié l’évolution des douleurs musculo-squelettiques multisites (MSP) afin de déterminer si les douleurs existantes à la quarantaine persistent à la vieillesse, et si ces douleurs sont liées au travail, aux habitudes de vie ou à la retraite.

Les employés municipaux âgés de 44 à 58 ans ont été investigués en 1981 (n =6 257) avec un suivi en 1985, 1992, 1997 et 2009. Les douleurs au cou, aux lombaires, aux membres inférieurs et supérieurs ont été relevées à chaque période. Les évolutions du nombre (0 à 4) des douleurs multisites ont été définies à l’aide d’un modèle mixte de croissance (n = 3 093). La charge de travail, le mode de vie et la morbidité ont été déterminés par questionnaire et la retraite à partir des registres.
Les associations de facteurs de base retenus avec l’évolution des douleurs ont été évaluées avec une régression logistique multinomiale. Les courbes de risque cumulatif pour la retraite par groupe d’évolution ont été calculées.

Trois types de trajectoires d’évolution des douleurs sur 18 ans ont émergé : faible (25%), modérée (52%) et forte de croissance (23%). Dans ce dernier cas, le nombre de sites douloureux a d’abord décru fortement, pour se stabiliser à un niveau modéré après le départ en retraite de la plupart des employés. Le taux de pension d’invalidité était le plus élevé dans cette trajectoire, et était associé avec une morbidité de base élevée, en particulier les troubles musculo-squelettiques (OR = 8,06 ; IC 95 % de 5,97 à 10,87).
De même, au début de l’enquête une exposition biomécanique élevée (OR = 2,86 ; IC 95 % de 2,16 à 3,78), des exigences professionnelles élevées (OR = 1,79 ; IC 95 % 1,39 à 2,30), un niveau élevé de contrôle au travail (OR = 0,70 ; IC95 % 0,54 à 0,90), un indice de masse corporelle (BMI) ≥ 25 kg/m² (OR = 1,40 ; IC 95 % 1,09 à 1,80) et une activité physique faible pendant les loisirs (LTPA) (OR = 1,39 ; IC 95 % 1,09 à 1,78) ont été associées à cette dernière trajectoire. Cependant, un LTPA et un BMI élevés dans de précédentes enquêtes ont également été associés avec une trajectoire en forte décroissance.

Les douleurs musculo-squelettiques multisites à la quarantaine persistent souvent jusqu’à la vieillesse. Cependant, la douleur généralisée peut diminuer à la retraite.

(publié le 30 septembre 2019)