Corrélation entre des facteurs de risque et des troubles musculosquelettiques chez des musiciens classiques

Correlation between risk factors and musculoskeletal disorders among classical musicians X. Kaufman-Cohen, N-Z. Ratzon Occupational Medicine, 2011, vol 61, n°2, pages 90-95. Bibliographie.

Les troubles musculosquelettiques en pathologie humaine peuvent avoir pour origine des facteurs de risque biomécaniques environnementaux, psychosociaux et personnels rencontrés dans l’environnement de travail. Ces troubles chez les musiciens sont appelés troubles musculosquelettiques liés au fait de jouer (TMS-LFJ). Pour explorer la corrélation entre les facteurs de risque biomécaniques, environnementaux, psychosociaux et personnels et leur rôle potentiel dans la survenue de TMS-LFJ chez des musiciens classiques, les auteurs israéliens ont étudié 59 musiciens d’un orchestre classique. Ces musiciens ont également complété des questionnaires fournissant des informations concernant leurs symptômes musculosquelettiques, des facteurs psychosociaux et démographiques.

L’observation clinique au moyen de l’évaluation rapide des membres supérieurs (RULA = Rapid Upper Limb Assessment) a montré des scores significativement plus élevés chez les musiciens à corde par rapport aux joueurs d’instrument à vent, aux bois et aux cuivres (score du RULA droit F = 4,77 ; p< 0,05 ; score du RULA gauche F = 3,90 ; p< 0,05). Un modèle de régression multivariée a montré une significativité statistique pour cinq des six variables dépendantes concernant la prévalence des douleurs articulaires, la gravité des symptômes musculosquelettiques et l’impotence fonctionnelle. L’analyse par régression a révélé que les facteurs de risque biomécaniques, les facteurs de risque environnementaux perçus, le poids de l’instrument et le nombre moyen d’heures par semaine où le musicien joue, étaient les principaux prédicteurs de TMS-LFJ.

En conclusion, les facteurs de risque biomécaniques qui prédisent les TMS-LFJ sont principalement associés avec les membres supérieurs. Une association élevée entre les TMS-LFJ et l’observation clinique met en lumière la nécessité d’explorations ultérieures de ces facteurs de risque et d’étudier les interventions possibles afin de définir des "stratégies de prévention" pour la pratique musicale quotidienne des musiciens classiques.

(publié le 19 septembre 2011)