Facteurs de risque biomécaniques, psychosociaux et personnels de syndrome de la coiffe des rotateurs dans une population salariée

Y. Roquelaure, J. Bodin, C. Ha, A. Petit Le Manac’h, A. Descatha, J-F. Chastang et col. Archives des Maladies Professionnelles et de l’Environnement, 2012, vol. 73, n°2, pp. 169-170. Références
Cet article est le résumé d’une étude menée dans l’objectif "d’évaluer les facteurs de risques professionnels (et personnels) du syndrome de la coiffe des rotateurs dans la population active exposée à différents niveaux de contrainte sur l’épaule".
L’étude a été menée en Pays de la Loire (région similaire à la majorité des régions françaises) auprès de 3 710 salariés d’âge moyen 38,7 ans (2 131 hommes et 1 549 femmes) inclus de façon aléatoire à l’occasion de leur visite périodique.
La prévalence du syndrome de la coiffe des rotateurs est de 6,6% chez les hommes et de 8,5% chez les femmes.
Les facteurs de risque significatifs chez les hommes sont l’âge odds ratio (OR = 1,07 par année supplémentaire), l’abduction de l’épaule (OR = 2,3) pour une abduction à 90° plus de deux heures par jour et une exigence psychologique élevée (OR = 1,7).
Chez les femmes, on retrouve l’âge (OR= 1,08), l’abduction de l’épaule (OR= 1,08) mais pour un angle supérieur à 60° plus de deux heures par jours et une faible autonomie décisionnelle (OR = 1,5).
S’il peut exister des biais dans cette étude (surestimation du niveau d’exposition ou sous estimation de ce même niveau pour les salariés ayant changé d’activité en raison des symptômes), la force principale de cette étude est la représentativité de l’échantillon.
Ce travail "amène à considérer les facteurs de risque professionnels et notamment biomécaniques mais également psychosociaux comme une cible privilégiée dans la prévention du syndrome de la coiffe des rotateurs compte tenu du caractère modifiable et important de ces facteurs".
(publié le 24 août 2012)