Facteurs de risque pour l’incidence du syndrome de la coiffe des rotateurs dans une vaste population active

Risk factors for incidence of rotator cuff syndrome in a large working population J. Bodin, C. Ha, A. Petit Le Manac’h, C. Sérazin, A. Descatha, A. Leclerc, M. Godberg, Y. Roquelaure Scandinavian Journal of Work, Environment and Health, 2012, vol 38, n°5, pages 436-446. Bibliographie.

L’objectif de cette enquête française était d’évaluer les effets des facteurs personnels et ceux liés au travail sur l’incidence du syndrome de la coiffe des rotateurs (SCR) dans une vaste population active. Un total de 3 710 travailleurs français ont été inclus dans une enquête transversale entre 2002 et 2005. Ils ont tous complété un auto-questionnaire portant sur leurs facteurs personnels et leur exposition professionnelle. En recourant à un examen physique standardisé, des médecins du travail ont établi un diagnostic de SCR. Entre 2007 et 2010, 1 611 travailleurs ont été ré-examinés. Les associations entre SCR et les facteurs de risque au départ ont été analysées par régression logistique. Un total de 839 hommes et 617 femmes n’ayant pas de SCR au départ ont été inclus pour les analyses. Un SCR a été diagnostiqué chez 51 hommes (6,1 %) et 45 femmes (7,3 %). Le risque de SCR augmentait avec l’âge pour les deux sexes [odds ratio (OR) 4,7 (intervalle de confiance à 95 % [IC 95%] 2,2 à 10,0) pour les hommes âgés de 45 à 49 ans et 5,4 (IC 95% 2,3 à 13,2) pour les femmes âgées de 50 à 59 ans ; valeur de référence < 40 ans]. Pour les hommes, les facteurs de risques liés au travail étaient les postures répétées avec les bras au-dessus du plan des épaules combinées avec un exercice physique jugé important [OR 3,3 (IC 95 % 1,38 à 8,4)] et un faible soutien des collègues [OR 2,0 (IC 95 % 1,1 à 3,9)]. Pour les femmes, travailler avec des collègues intérimaires [OR 2,2 (IC 95 % 1,2 à 4,2)] et des abductions répétées du bras (de 60 à 90°) [OR 2,6 (IC 95% 1,4 à 5,0)] étaient associés avec le SCR.

En conclusion, l’âge était le plus fort prédicteur de cas incidents de SCR, et l’abduction du bras était le facteur lié au travail le plus fort pour les deux sexes. Le manque de soutien social était un prédicteur pour le SCR chez les hommes.

(publié le 14 janvier 2013)