La force musculaire prédit-elle l’absence de troubles musculo-squelettiques ?

Does muscle strength predict future musculoskeletal disorders and sickness absence ? A. Faber, L. Sell, J.V. Hansen, H. Burr, T. Lund, A. Holtermann, K. Søgaard Occupational Medicine 2012, vol 62, n°1, pages 41-46. Bibliographie.

Il est considéré qu’un haut niveau de force musculaire prévient l’apparition de troubles musculo-squelettiques (TMS) à long terme. Cependant, il existe peu d’enquêtes prospectives qui étudient l’association entre la force musculaire et l’apparition à long terme de TMS et celles-ci donnent des résultats discordants.

Le but de cette enquête prospective danoise était d’évaluer l’association entre une faible force musculaire et l’apparition ultérieure de TMS. Des mesures de la force musculaire en flexion-extension du tronc, ainsi que de l’élévation et l’abduction de l’épaule et la préhension ont été évaluées chez un échantillon représentatif de 421 travailleurs danois en 1995. Les plaintes concernant l’existence de TMS ont été notifiées 5 ans plus tard (en 2000). Puis, par la suite, des informations concernant l’absence de TMS ont été recueillies à partir d’un registre de paiements des transferts sociaux durant la période de 1996-2007.

Des régressions logistiques ajustées sur l’âge, le sexe, le tabagisme, l’incidence de masse corporelle ainsi que le travail physique ont montré que les travailleurs ayant un faible niveau de force musculaire (le quartile le plus bas) en flexion-extension du tronc, abduction-élévation de l’épaule et préhension n’avaient pas de risque significativement augmenté de développer ultérieurement des TMS comparativement aux travailleurs avec une force musculaire élevée.

Une faible force musculaire ne semblait pas être un bon prédicteur de l’apparition des TMS dans une population générale de travailleurs, dans cette étude danoise.

(publié le 23 août 2012)