Le poids des arrêts maladie pour troubles musculo-squelettiques en Grande Bretagne

The burden of sickness absence from musculoskeletal causes in Great Britain C. Linaker, E.C. Harris, C. Cooper, D. Coggon, K.T. Palmer Occupational Medicine 2011, vol 61, n°7, pages 458-464. Bibliographie.

Les initiatives nationales britanniques pour prévenir et/ou gérer les arrêts maladie requièrent une base de données à partir de laquelle des tendances peuvent être surveillées.

Les buts de cette enquête anglaise étaient d’évaluer les informations fournies par les schémas de surveillance et les données publiquement disponibles sur les arrêts maladie pour troubles musculo-squelettiques au plan national.

Une recherche dans la littérature grise a été menée au moyen du logiciel Google, complétée par des pistes issues de consultations d’académies, d’industries, d’employeurs, de groupes s’intéressant aux inactifs et du gouvernement. Les auteurs ont résumé les données sur les issues des arrêts et les populations couvertes et fait des estimations quantitatives des arrêts maladie dus aux troubles musculo-squelettiques, globalement et, lorsque cela était possible, par diagnostic plus précis. L’étendue et les limites de chaque source ont été évaluées.

Les sources incluaient l’Enquête sur la main d’œuvre (LFS) et son module portant sur les maladies liées au travail auto-évaluées, le schéma de surveillance THOR-GP, les enquêtes par les autorités nationales et régionales, les enquêtes par les organisations patronales et la donnée des statistiques des bénéfices. Chaque source mettait en lumière les troubles musculo-squelettiques comme la première cause des arrêts maladie. Les limitations des données variaient selon les sources, mais comportaient typiquement un manque de diagnostic détaillé et une restriction du ciblage pour sélectionner des sous-groupes (par exemple le travail incriminé ou les cas de bénéfices accordés, les secteurs professionnels spécifiques). De plus, certaines enquêtes avaient de très faibles taux de réponses, étaient renseignées seulement par des répondants de l’entourage ou classaient seulement l’importance perçue des arrêts maladie pour troubles musculo-squelettiques sans les mesurer vraiment.

En conclusion, les statistiques nationales britanniques sur les arrêts maladie liés aux troubles musculo-squelettiques sont parcellaires et incomplètes. Ceci limite la capacité à planifier et à mettre en œuvre des réglementations nationales dans un domaine important de la santé publique britannique. De simples additions peu coûteuses du LFS devraient améliorer la situation.

(publié le 12 avril 2012)