Le travail sur ordinateur est-il associé au syndrome du canal carpien ?

Z. Médiouni, A. Descatha Le Concours Médical, 2016, vol.138, n°6, pp.490-491. Bibliographie

Des études récentes ont remis en cause l’association supposée entre l’utilisation de l’outil informatique et les risques de troubles musculo-squelettiques et de syndrome du canal carpien, et les revues internationales concluent à l’absence de lien.
Pour y voir plus clair, les données de deux larges cohortes ont été reprises dans un travail épidémiologique, incluant un suivi des salariés pendant 3 ans et demi.

  • l’étude Cosali présentant un échantillon similaire à la population salariée française, incluant 1 551 salariés initialement indemnes et dont l’exposition a été caractérisée par auto-questionnaire. 36 ont développé un syndrome du canal carpien (2,3%) ;
  • et l’étude PrediCTS, qui a inclus des salariés américains issus de différents secteurs d’activité. L’exposition a été caractérisée par matrice emplois expositions. Sur les 717 travailleurs américains, 31 ont développé un syndrome du canal carpien (4,3%).

Après ajustement sur les facteurs de confusion habituels, l’odds ratio ajusté du travail sur ordinateur pour l’exposition la plus intense (plus de 4 heures par jour) est de 0,32 pour Cosali et de 0,16 pour PrediCTS.
Ces résultats confirment que l’utilisation de l’outil informatique n’augmente pas le risque de syndrome du canal carpien, contrairement aux travaux manuels pénibles.
Il en ressort que "l’indemnisation en maladie professionnelle ne paraît pas justifiée sauf circonstances particulières de conditions de travail où l’utilisation de l’ordinateur n’est qu’un aspect de la problématique". Des travaux sont en cours pour préciser ces situations de travaux délétères.

(publié le 3 novembre 2016)