TMS
Le psychisme intervient aussi

L. Sitruk, E. Thomas Le Généraliste, 2015, n°2712, p.21

Les TMS regroupent un ensemble d’affections péri-articulaires qui touchent les tissus mous et qui se manifestent par des douleurs et une gêne fonctionnelle souvent quotidienne, mais variable au cours du temps.
34% des travailleurs souffrent du dos et la fréquence des TMS augmente avec l’âge ; les femmes sont plus exposées que les hommes aux maladies professionnelles, dont les 3/4 sont en rapport avec des TMS.
En 2009, les TMS représentent dans le régime général de l’Assurance maladie, 80% de l’ensemble des maladies professionnelles ayant entraîné un arrêt de travail ou une réparation financière en raison de séquelles. Le tableau "57" des maladies professionnelles (MP) représente à lui seul 73% des MP reconnues.

Les TMS résultent d’un déséquilibre entre les capacités physiques du corps et les sollicitations et contraintes auquel il est exposé. Interviennent des facteurs mécaniques, des facteurs individuels, mais aussi des contraintes psychosociales qui représentent un élément essentiel dans le passage à la chronicité de ces TMS.
On retrouve très souvent une intrication de ces trois facteurs et les douleurs s’installent, entretenues par la répétition des situations ou des efforts, conduisant au handicap qui peut évoluer en incapacité et perte du travail.

Le traitement repose sur les antalgiques, les AINS locaux et les infiltrations de corticoïdes.
Le repos de la structure atteinte est fondamental (immobilisation et orthèse), suivi de kinésithérapie et de physiothérapie antalgique.

Lors de la reprise du travail, la prévention et la correction de certaines conditions de travail sont impératives pour éviter les récidives et maintenir le salarié dans son emploi.

(publié le 11 mai 2015)