Travail temporaire (intérim) et exposition aux contraintes musculosquelettiques

Working in temporary employment and exposure to musculoskeletal contraints Y. Roquelaure, A. Petit LeManach, C. Ha, C. Poisnel, J. Bodin, A. Descatha, E. Imbernon Occupational Medicine 2012, vol 62, n°7, pages 514-518. Bibliographie.

Au cours de ces dernières années, le travail temporaire (l’intérim) a augmenté dans les pays européens du fait d’une plus grande incertitude économique. L’objectif de cette enquête française était de comparer la prévalence de symptômes musculosquelettiques non spécifiques des extrémités du membre supérieur (TMS EMS) et leurs principaux facteurs de risques chez des travailleurs manuels employés via des agences d’intérim et chez ceux employés de manière permanente (EMP).

Les TMS EMSs survenant au cours des 7 jours précédents ont été évalués au moyen du questionnaire Nordique complété par 1 493 travailleurs manuels inclus par tirage au sort dans un programme de surveillance des TMS EMSs (171 en intérim et 1 322 en EMP) dans une grande région française (les Pays de Loire). Des facteurs personnels et des facteurs de risque liés au travail pour les TMS EMSs ont été évalués par des questionnaires auto-administrés.

La prévalence des TMS EMSs au cours des 7 jours précédents ne différait pas significativement entre les intérimaires et les EMP. Toutefois, après ajustement par l’âge et le sexe, les intérimaires avaient un risque plus élevé de symptômes de la région poignet/main (OR = 1,6 ; IC 95 % 1,04 à 2,6). L’intérim était caractérisé par une exposition plus élevée au travail à la chaîne (OR = 2,0 ; IC 95 % 1,4 à 3,0), au travail répétitif (OR = 2,3 ; IC 95 % 1,6 à 3,4), aux postures contraignantes du poignet (OR = 1,7 ; IC 95 % 1,2 à 2,4) et à l’usage intensif d’outils vibrants à main (OR = 1,6 ; IC 95 % 1,1 à 3,3). Les intérimaires souffraient d’un manque d’autonomie (OR = 2,5 ; IC 95 % 1,7 à 3,6) et de travail peu qualifié (OR = 2,0 ; IC 95 % 1,3 à 3,1) plus fréquemment, mais il n’y avait aucune différence en relation à la demande psychologique des tâches ou du soutien social.

En conclusion, les intérimaires étaient plus fréquemment exposés à des contraintes de temps au travail, au travail répétitif et aux contraintes biomécaniques de la région poignet/main par rapport aux employés permanents et ils peuvent représenter une sous-population à risque particulièrement élevé de TMS EMSs.

(publié le 18 juin 2013)