Trois cas cliniques d’atteinte de la coiffe des rotateurs : interaction entre l’activité professionnelle et la taille du patient

D. Pirenne, P. Mairiaux La Presse médicale, 2013, vol. 42, n°10, pp. 1418-1420. Bibliographie
Trois cas cliniques rapportés par la Consultation de pathologie professionnelle du CHU de Liège illustrent l’importance de l’adéquation du poste de travail pour éviter une pathologie de l’épaule.
Il s’agit de trois femmes, toutes de petite taille mesurant 154 cm pour deux d’entre elles et 151 cm pour la troisième, toutes les trois victimes d’atteinte de la coiffe des rotateurs.
Aucune des trois travailleuses ne présentait des facteurs personnels favorisant cette pathologie : elles avaient moins de 50 ans, n’étaient pas en surcharge pondérale, ne fumaient pas et n’étaient pas diabétiques.
L’analyse de travail a montré que deux facteurs professionnels étaient présents pour tous les salariés concernés par ces activités : le travail en force et la répétitivité élevée du geste.
Mais s’ajoutaient pour les trois travailleuses concernées, des facteurs posturaux spécifiques à savoir : les mains au dessus du niveau des épaules, des positions extrêmes pour l’articulation de l’épaule et tout cela en raison de l’inadéquation dimensionnelle du poste de travail par rapport à la petite taille des travailleuses.
Un médecin traitant suspectant une origine professionnelle à la pathologie de son patient se rapprochera du médecin du travail qui seul a accès à la situation de travail. Ce dernier pourra à la faveur d’une étude de poste, mettre en évidence les facteurs spécifiques liés à la morphologie du salarié. Le médecin du travail proposera alors des solutions d’aménagement du poste de travail, voire une mutation vers un poste moins contraignant pour les épaules des salariés.
(publié le 30 janvier 2014)