Estimation de la sous-déclaration des troubles musculo-squelettiques : mise à jour pour 2011 dans onze régions françaises

S. Rivière, C. Martinaud, Y. Roquelaure, J. Chatelot Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire, BEH, 2018, n°18, pp. 373-378. Références

Ce travail met à jour l’estimation de la sous-déclaration en maladie professionnelle pour 2011, pour quatre types de troubles musculo-squelettiques (TMS) : TMS de l’épaule, du coude et du rachis lombaire et syndrome du canal carpien, dans 11 régions françaises et quantifie la part des différents motifs de la non-déclaration.
L’indicateur utilisé a été construit à partir du nombre de TMS non déclarés estimés à partir du programme de surveillance des maladies à caractère professionnel (MCP), rapporté au nombre de TMS reconnus en maladies professionnelles auquel s’ajoute le nombre de TMS refusés ou en cours de reconnaissance estimés à partir du programme MCP + le nombre de TMS non déclarés estimés à partir du programme MCP.
L’indicateur du taux de sous déclaration était de

  • 53% (fourchette de variation 37-66) pour les TMS du rachis lombaire,
  • 60% (53-67) pour le syndrome du canal carpien,
  • 62% (57-67) pour les TMS de l’épaule et
  • 73% (68-79) pour les TMS du coude.

Les motifs de non-déclaration se répartissent équitablement (1/3 chacun) : le refus du salarié (plus fréquent chez les travailleurs en contrat précaire que chez ceux en CDI), l’insuffisance d’éléments pour la confirmation diagnostique de la pathologie ou la méconnaissance par le salarié du recours à la déclaration.

Ce travail concourt à la sensibilisation des médecins traitants à l’existence de maladies professionnelles afin qu’ils aident leur patients dans les démarches administratives de demande de reconnaissance.

(publié le 10 août 2018)