Evaluation de la prévalence des plaintes de troubles musculosquelettiques et du lien avec les contraintes de travail chez des électriciens du BTP

K. Dib, S. Duvauchelle, E. Bentoglio, M. Lanotte, C. Biclea, C. Bauduin, E. Fort, B. Charbotel Références en Santé au Travail, 2018, n°153, pp. 57-72. Bibliographie
Cet article présente la démarche réalisée en 2015 dans une entreprise de travaux d’installation électrique afin d’établir une analyse de la prévalence des TMS et du lien avec les contraintes de travail pour les électriciens et d’élaborer un plan de prévention des TMS.
Les outils utilisés étaient le questionnaire TMS de l’INRS, une évaluation de la charge physique de travail réalisée à l’aide des échelles de Borg, une étude ergonomique de l’activité réelle de travail (évaluant les facteurs biomécaniques), la mesure de l’exposition quotidienne des salariés aux vibrations mécaniques et une échelle de stress.
L’étude a montré une forte prévalence des plaintes musculo-squelettiques généralement multiples et bilatérales.
"Les TMS les plus fréquents et les plus graves prédominent largement au niveau du rachis lombaire et cervical, et du poignet droit pour les membres supérieurs.
Les facteurs de risque de TMS identifiés sont des postures contraignantes répétées et maintenues, une charge physique de travail élevée, l’utilisation d’outils électromécaniques vibrants et l’existence d’un stress d’origine professionnel ".
Un plan d’action offrant diverses pistes d’orientation a été proposé : formation de personnes ressources compétentes sur la situation des TMS, sensibilisation collective des salariés à une culture de prévention, mise à disposition d’outils produisant moins de vibrations, mais aussi moins lourds et électriques (plutôt que manuels), efforts sur une meilleure préparation des chantiers afin de limiter les efforts physiques inutiles, intervention d’un ergonome pour améliorer les contraintes créées par les équipements de protection.
(publié le 16 mai 2018)