Prévalence des troubles musculo-squelettiques et des facteurs biomécaniques d’origine professionnelle : premières estimations à partir de Constances

M. Carton, G. Santin, A. Leclerc, A. Gueguen, M. Goldberg, Y. Roquelaure, M. Zins, A. Descatha Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire, BEH, 2016, n°35-36, pp.630-639. Bibliographie

La Cohorte Constances (cohorte des consultants des Centres d’examen de santé) s’adresse à la population générale y compris sans activité professionnelle. Elle a été mise en place pour fournir des données de santé publique.

L’échantillon étudié dans cet article correspond à 28 914 personnes invitées en 2012 et 2013 et incluses jusqu’au 31 janvier 2014, âgées de 18 à 69 ans. L’objectif est de fournir une estimation de la fréquence des troubles musculo-squelettiques (TMS) persistants du membre supérieur, du rachis et du genou en fonction des caractéristiques démographiques et socioprofessionnelles générales.
Sur l’échantillon inclus, 8 998 hommes et 10 218 femmes se déclaraient en activité. Huit facteurs biomécaniques et six localisations articulaires différentes ont été étudiées en se restreignant aux douleurs persistantes.
Les prévalences des douleurs persistantes variaient entre 14% (aux coudes) et 35% (au niveau du dos) chez les femmes, et respectivement 9% et 24% chez les hommes.
La prévalence des douleurs du rachis chez les femmes ouvrières actives était de 35%, contre 22% chez les femmes cadres et respectivement 35% et 25% chez les hommes.
Les prévalences variaient également selon l’exposition aux facteurs biomécaniques, l’âge et le type de contrat de travail.
Ces données confirment le poids des TMS.
Grâce à Constances, les politiques de santé publique dans le champ santé/travail vont pouvoir disposer d’indicateurs sur une partie importante de la population française et plus particulièrement sur des populations vulnérables (travailleurs vieillissants, travailleurs précaires).

(publié le 15 décembre 2016)