TMS de l’épaule : l’organisation est capitale

C. Barruyer Prévention BTP, 2019-2020, n°237, pp. 42-44
"Avec 33% de la totalité des troubles musculosquelettiques (TMS) déclarés dans le secteur de la construction et des travaux publics, l’épaule est l’articulation qui souffre le plus de tendinopathie".
Les facteurs de risque sont la répétition des gestes et des postures, les travaux en abduction, les manutentions en conditions difficiles d’accessibilité, les postures contraignantes longtemps maintenues, les outils inadaptés ou mal entretenus, la négligence des signes d’alerte (enraidissement de l’articulation, perte d’amplitude du mouvement, douleurs nocturnes), les facteurs environnementaux tels que la température, mais aussi l’état psychique de l’individu.
Toutes les professions du BTP peuvent être touchées.
L’organisation du chantier est primordiale. Elle repose sur quelques fondamentaux que résume l’acronyme Haltes (hygiène, approvisionnement, livraison, tâches, énergie, secours).
Il existe des outils virtuels qui analysent les contraintes physiques au travail ; et il faut choisir avec soin les bons équipements selon l’environnement et les entretenir (potences pour fixer les outillages, aides au levage, plates-formes individuelles roulantes, manches télescopiques...).
(publié le 19 février 2020)