Troubles musculosquelettiques et membres inférieurs, où en est-on ?

A. Descatha, A. Petit, Y. Roquelaure.

Depuis plus d’une dizaine d’années, il existe des éléments concordants dans la littérature qui pointent vers une association significative entre certaines expositions professionnelles et la survenue de pathologies dégénératives du genou et de la hanche.
En 2006, une revue systématique de 34 études a conclu avec un niveau de preuve scientifique élevé qu’il existe une relation entre le travail et l’arthrose, pour le genou comme pour la hanche avec une qualité supérieure pour le lien avec l’arthropathie du genou et comme facteur d’exposition retenu : le travail physiquement contraignant (sans précision sur la nature des contraintes biomécaniques).
Le port de charges notamment en agriculture ou dans le secteur du bâtiment est en relation forte avec l’arthrose de hanche. Un facteur de risque significatif est le port de charges de 10 à 20/25 kg pendant au moins 10 à 20 ans.

Une revue de la littérature (articles publiés entre 1966 et 2007) retient qu’il existe une association entre l’activité professionnelle et l’arthropathie dégénérative du genou. Les facteurs de risque sont le fait de s’agenouiller, de s’accroupir ou de soulever des charges et plus largement, le travail physiquement pénible de manière importante.
Dans l’arthrose du genou, "la fraction attribuable du risque chez les exposés est de 37,8% pour les travaux physiquement excessivement pénibles".
L’association reste relativement faible avec la montée et descente des échelles.
Mais l’opposé est vrai : l’absence d’activité physique y compris professionnelle est également associée à la survenue d’arthrose.

Il est dès lors important de développer les mesures de prévention : diminuer les facteurs de risque en améliorant les conditions de travail, lutter contre l’obésité et la sédentarité.

En ce qui concerne l’indemnisation en maladie professionnelle, il faut noter l’évolution du tableau 79 du régime général (53 du régime agricole) depuis mai 2017, avec l’association de lésions du cartilage articulaire aux lésions méniscales pour la prise en charge des pathologies du genou secondaires au port de charges lourdes en position agenouillée ou accroupie.
Les demandes hors tableaux sont envisageables notamment s’il existe une incapacité permanente prévisible supérieure à 25% en l’absence de facteurs autres, non professionnels.

(publié le 19 février 2020)