Bénéfices pour la santé de la réduction de la pollution de l’air lié au trafic routier dans différents groupes socio-économiques : l’effet du zonage de faible émission, à Rome

Health benefits of traffic-related air pollution reduction in different socioeconomic groups : the effect of low-emission zoning in Rome G. Cesaroni, H. Boogaard, S. Jonkers, D. Porta, C. Badaloni, G. Cattani, F. Forastiere, G. Hoek Occupational and Environmental Medicine, 2012, vol 69, n°2, pages 133-139. Bibliographie.

Peu d’études ont évalué les effets des réglementations destinées à réduire la pollution de l’air liée au trafic routier. Les buts de cette enquête italo-hollandaise étaient d’évaluer l’impact, en termes de qualité de l’air et d’effets sur la santé, de zones de faible émission établies à Rome dans la période entre 2001 et 2005 et d’évaluer l’impact par catégorie socio-économique(CSE) de la pollution.

Les auteurs ont évalué les effets de l’intervention à différents niveaux dans le modèle de la chaîne entière, c’est-à-dire, la pression (répartition du nombre et de l’âge des véhicules), les émissions, les concentrations de NO2 et de PM10, l’exposition de la population et les années de vie gagnées (AVG). L’impact a été évalué en fonction d’une plage réduite d’indicateurs de CSE.

Au cours de la période 2001-2005, il y a eu une diminution du nombre total de véhicules (-3,8 %), des émissions et des concentrations de NO2 et de PM10 (de 22,9 à 17,4 μg/m3 pour le NO2 et de 7,8 à 6,2 μg/m3 pour le PM10), et de l’exposition des habitants. Dans les deux zones de faible émission, il y a eu une diminution supplémentaire des concentrations de la pollution de l’air (NO2 : -4,13 et -2 99 μg/m3 ; PM10 : -0,70 et -0,47 μg/m3). En conséquence de la réglementation, 264 522 habitants vivant le long des rues les plus chargées ont gagné 3,4 jours par personne (921 AVG pour 100 000) par la réduction du NO2. Le gain était plus important pour les personnes du groupe de CSE les plus élevées (1 387 AVG pour 100 000) que pour les habitants du groupe de CSE le plus bas (340 AVG pour 100 000). En conclusion, la réglementation du trafic routier à Rome a été efficace en réduisant la pollution de l’air liée au trafic, mais la plupart des gains pour la santé ont été trouvés chez les habitants les plus riches.

(publié le 4 juillet 2012)